Navigation – Plan du site
Dossier

La danse à l’école, une relation sensible aux artistes et aux œuvres

Patrick Germain-Thomas
p. 63-76

Résumés

Malgré son caractère encore utopique, la rencontre entre le monde de la danse et le système éducatif est possible. Elle est possible, non seulement parce qu’elle peut s’appuyer sur beaucoup d’expériences réussies, mais aussi parce que la danse recèle de considérables potentialités en matière d’éducation, pouvant répondre aux besoins de l’école sur les plans relationnel, cognitif et culturel. La démonstration de cette possibilité et l’analyse des conditions de la mise en œuvre et de la fécondité des projets chorégraphiques en milieu scolaire s’appuie sur des enquêtes de terrain et des études de cas réalisées dans plusieurs régions de France, associant des méthodes d’observation par¬ticipante et des entretiens qualitatifs avec les différents professionnels prenant part aux actions artistiques : enseignants, danseurs et chorégraphes, responsables de structures culturelles, membres de l’administration de l’Éducation nationale, représentants des tutelles au niveaux national et local.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Quelle place pour la danse à l’école ?
L’EPS, espace naturel de la danse à l’école
Le rôle fondateur de l’association Danse au Cœur
Un processus d’institutionnalisation en cours
D’importants obstacles à dépasser pour un développement pérenne
Des obstacles institutionnels
Obstacles culturels
Obstacles organisationnels
Une utopie possible
Les apports de la danse à l’école
Les conditions de réussite
Conclusion

Aperçu du texte

L’idée de donner davantage de place au corps et à une approche sensible de la connaissance se trouve au fondement de la plupart des dis­cours sur la présence de l’art à l’école, depuis les années 1970 en France. Au début des années 2000, la présentation du plan de cinq ans élaboré conjointement par les ministères de l’Éducation nationale et de la culture (Plan Lang/Tasca) est emblématique de cette conception : « L’intelligence sensible est inséparable de l’intelligence rationnelle. […] L’éducation artistique et cultu­relle apporte aux enfants une grammaire de la sensibilité capable de structurer leur corps, d’élever leurs esprits et d’aiguiser leur sens de la responsabilité. » Plus récemment, la notion de parcours d’éducation artistique et culturelle, mise en œuvre en 2013, reflète la volonté de permettre à l’élève « de s’initier aux différents langages de l’art et de diversifier et développer ses moyens d’expression. »

Une telle réaffirmation régulière du souci du corps et du sensi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Germain-Thomas, « La danse à l’école, une relation sensible aux artistes et aux œuvres », Quaderni, 92 | 2017, 63-76.

Référence électronique

Patrick Germain-Thomas, « La danse à l’école, une relation sensible aux artistes et aux œuvres », Quaderni [En ligne], 92 | Hiver 2016-2017, mis en ligne le 05 mars 2019, consulté le 24 mai 2017. URL : http://quaderni.revues.org/1039 ; DOI : 10.4000/quaderni.1039

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org