Skip to navigation – Site map
Livres en revue

Christophe Roux, Corse française et Sardaigne italienne. Fragments périphériques de construction nationale.

Aurélien Lignereux
p. 111-114
Bibliographical reference

Christophe Roux, Corse française et Sardaigne italienne. Fragments périphériques de construction nationale.
L’Harmattan, coll. "Logiques politiques", Paris, 2014

  • 1 O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Pa (...)

1La Corse est devenue française en 1768 et la Sardaigne piémontaise depuis 1718 puis italienne à partir de 1861 ; reste à savoir comment on a fait des Corses des Français, et des Sardes des Italiens. C’est à cette problématique dérivée du mot d’Azeglio qu’entend répondre Christophe Roux. Il s’agit de saisir sur le vif le processus de construction nationale, dans une visée dou­blement comparative (France-Italie, Corse-Sardaigne), en passant au crible trois grands leviers de nationalisation : la scolarisation, les migrations et la politisation. On peut regretter que la valeur intégrative du service militaire ait été minorée au prétexte que l’expérimentation du territoire national s’avère limitée, comme si le rôle de l’armée se bornait à dépayser les hommes au fil des garnisons, alors que l’acculturation militaire passe d’abord par l’espace propre qu’elle produit, celui de la caserne et de ses normes1. Il n’empêche que le dispositif de recherche annoncé est tout à fait séduisant pour qui veut percer la fabrique de l’État-Nation à l’épreuve de ses périphéries : a priori, rien n’illustre mieux pareil façonnement que le sort contrasté de ces « îles sœurs ». En réaction à l’écheveau de modèles élaborés par toute une lignée de travaux de science politique, que C. Roux passe en revue de façon expé­ditive (jusqu’à douze références en vingt lignes, p. 14), la thèse mise sur les vertus d’une observation empirique des interactions entre sociétés locales et desseins étatiques. En définitive, le pari est double : défiger les réputations acquises ; démontrer l’intérêt revigorant d’une collecte de première main. Or il n’est qu’à moitié tenu.

2Le parallèle France-Italie, opéré méthodiquement entre des législations convergentes et des institutions jumelles, écorne l’idée établie qui érige la France en modèle et l’Italie en mauvais élève, car cette dernière peut ouvrir la voie sur le plan des principes, à l’exemple de la gratuité scolaire (lois Casati et Coppino des 13 novembre 1859 et 15 juillet 1877). La rhétorique de l’intégration à la française se heurte, quant à elle, à l’écueil corse du fait d’une emprise clientéliste que relancent la captation des mandats républicains et l’extension du périmètre de l’action publique. Le premier chapitre valide la légitimité d’une comparaison entre les deux îles : la mise en perspective est sans doute cavalière (on ne trouve pas trace de l’opposition, si sensible aux yeux des hommes du 18e siècle, entre les insulaires du littoral et ceux de l’intérieur), mais elle suffit à dégager un même passé de tutelle au moindre coût exercée tant par la république de Gênes que par la couronne d’Aragon. La similitude se retrouve dans les phases révolutionnaires, autour de Paoli et d’Angioy, du fait de l’esprit notabiliaire qui anime les Requêtes générales et les Cinq demandes. Cet accommodement avec ce qui existe serait une formule promise à durer puisque C. Roux ne craint pas de conclure que la Troisième République et la monarchie italienne devront s’en satisfaire.

3En revanche, la défense et illustration d’une recherche empirique laisse insatisfait faute d’une mise en pratique convaincante. Les deux tiers du XIXe siècle sont survolés et réduits au rang de prélude aux années 1870-1914. N’est-ce pas s’aligner sur une vulgate vieillie quand on sait, par exemple, le poids que l’historiographie accorde désormais plus volontiers au Second Empire ? La lacune est d’autant plus criante que le cent-cinquantenaire de 1860 a renouvelé les approches tant de la réunion de Nice et de la Savoie que du Risorgimento, dans une perspective à la fois européenne et attentive au jeu des familles ou des réseaux. Ces apports auraient été précieux pour le présent ouvrage tiré d’un doctorat en science politique soutenu fin 2005, et dès lors à contretemps des questionnements actuels : la seule comparaison bilatérale ne saurait rendre compte de rythmes qui, à l’ère démocratique et médiatique, sont transnationaux.

  • 2 P. M. Jones, Politics and rural society. The south­ern Massif Central c. 1750-1880, Cambridge, CUP, (...)

4N’est-ce pas aussi l’un des effets pervers de l’affiliation à Eugen Weber ? Le chapitre II consiste en une apologie de La Fin des terroirs, afin d’en révéler le soubassement théorique sous ses dehors impressionnistes, et d’en réfuter les principales critiques – tout en en admettant la méconnaissance fâcheuse du cumul possible des identités. Cette inspiration quasi exclusive a isolé C. Roux des dynamiques historiennes actuelles, l’amenant à déplorer le déficit d’études de la construction nationale dans ses aspects concrets. Ne suffisait-il pas de se tourner vers l’essor de l’histoire des polices pour plonger via les gendarmes et les carabiniers dans le quotidien en mue des popula­tions ? L’attention portée aux pratiques judiciaires, aux usages qu’en font les justiciables, offre ces données de terrain que l’auteur juge inexistantes. C’est d’autant plus vrai que, point commun avec E. Weber, cette historiographie a privilégié les espaces périphériques. On regrettera donc que la comparai­son n’ait pas été transrégionale. La Sardaigne n’est-elle pas une pièce du Mezzogiorno ? Le constat qu’opérait Peter Jones pour le sud-est du Massif central de l’acceptation d’un cow-milk State est sans doute transposable à la Corse2 ; la « composition française » se laisse percevoir dans le chevau­chement des identités qu’étudie Mona Ozouf à l’échelle fine de son enfance bretonne. Les travaux relevant de « l’école pyrénéenne » sont absents, alors qu’ils apportent non seulement un exemple de trajectoire de la dissidence à l’intégration mais surtout un modèle pour surmonter l’obstacle des sources. De fait, c’est une démarche compréhensive qu’il fallait mener ; ce sont des bribes de parole insulaire qu’on attendait car tels sont les « fragments » probants.

  • 3 J.-N. Luc, La Statistique de l’enseignement primaire, XIXe-XXe siècles : politique et mode d’emploi(...)
  • 4 P. Karila-Cohen, « Les préfets ne sont pas des collègues. Retour sur une enquête », in Genèses, 201 (...)

5En lieu et place, l’enquête puise pour l’essentiel à deux filons discutables. D’une part, les statistiques utilisées sont exclusivement tirées de séries d’époque : le raisonnement se fonde dès lors sur des indicateurs dont on ignore les filières de constitution. Les déchiffrer exige un mode d’emploi, tel celui livré naguère par J.-N. Luc (1985)3. Voilà qui aurait évité de succomber aux illusions (les « chiffres sont ici particulièrement éloquents », p. 89), ou d’avoir à composer avec des décomptes friables comme en matière d’absentéisme, de démographie ou de corps électoral (« il semble vain d’essayer d’analyser plus dans le détail des chiffres dont on connaît la fragilité », p. 190). Si l’on peut s’y résigner malgré tout, il n’en va pas de même pour la place prise par les citations. C. Roux laisse les contemporains, tous représentants de la société englobante, gloser sur ces chiffres. C’est oublier que « les préfets ne sont pas des collègues4 » : leurs analyses ne font autorité que dans le cadre du paradigme d’État dont ils sont les porte-parole. Sans doute, à l’occasion, les propos d’un vice-recteur ou d’un journaliste sont-ils nuancés (« Ce compte-rendu n’est pas exempt d’exagération mais il se fait l’écho » p. 114). Or le problème ne relève pas d’une question de degré, mais tient à la nature de discours qu’il reste à déconstruire pour exhiber leur système de représenta­tions, car peut-on citer (p. 138) ce que dit le consul italien à Bastia sur les « qualités guère fréquentes chez le Corse » (docile, actif, sobre), sans rappeler, entre autres, les poncifs hérités de l’Antiquité ? Le mieux n’aurait-il pas été de changer d’échelle ? C’est en descendant au niveau d’un canton que pouvait être dévoilé le jeu des acteurs, au révélateur de dossiers circonscrits tels que l’assistance publique. Bref, on peut déplorer le manque de proximité avec le terrain, impression que conforte l’absence de cartes.

6Position inconfortable du chercheur assez courageux pour naviguer entre les lignes, entre le schématisme modélisateur des politistes et le pointillisme sourcilleux des historiens ! Ces remarques sont en effet à lire comme des regrets à la hauteur de l’intérêt suscité par cette recherche novatrice, et font d’ailleurs écho au constat final de l’auteur, qui souligne l’écueil des sources et reconnaît que « la tension incontournable entre travail intensif et extensif a penché dans ce livre du côté de la seconde branche de l’alternative » (p. 202). Il mise sur le caractère cumulatif des travaux à venir pour approfondir une sociologie historique de l’État-nation dont il pose les bases. Car, en l’état, l’enquête est déjà riche d’acquis : parallèle vivifiant entre la France et l’Italie, comparaison féconde entre la Corse et la Sardaigne, elle aboutit à constater une insertion nationale plus avancée de la première mais qui ne suffit pas à venir à bout du clientélisme.

Top of page

Notes

1 O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

2 P. M. Jones, Politics and rural society. The south­ern Massif Central c. 1750-1880, Cambridge, CUP, 1985.

3 J.-N. Luc, La Statistique de l’enseignement primaire, XIXe-XXe siècles : politique et mode d’emploi, Paris, Economica-INRP, 1985.

4 P. Karila-Cohen, « Les préfets ne sont pas des collègues. Retour sur une enquête », in Genèses, 2010-2, n°79, pp. 116-134.

Top of page

References

Bibliographical reference

Aurélien Lignereux, « Christophe Roux, Corse française et Sardaigne italienne. Fragments périphériques de construction nationale. », Quaderni, 93 | 2017, 111-114.

Electronic reference

Aurélien Lignereux, « Christophe Roux, Corse française et Sardaigne italienne. Fragments périphériques de construction nationale. », Quaderni [Online], 93 | Printemps 2017, Online since 05 May 2017, connection on 18 August 2017. URL : http://quaderni.revues.org/1089

Top of page

About the author

Aurélien Lignereux

Sciences Po Grenoble

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org