Navigation – Plan du site
Livres

Des élus régionaux à l’image des électeurs ? L’impératif représentatif en Allemagne, en Espagne et en France, Laurent Godmer

L’Harmattan, collection « Logiques politiques », Paris, 2009
Aurélia Troupel
p. 127-129
Référence(s) :

Laurent Godmer, Des élus régionaux à l’image des électeurs ? L’impératif représentatif en Allemagne, en Espagne et en Franc, eParis, L’Harmattan, collection « Logiques politiques », Paris, 2009.

Texte intégral

1La lecture de l’ouvrage de Laurent Godmer ne peut laisser indifférent car il aborde de manière originale un thème jusqu’ici peu traité : les conseillers régionaux. Ce n’est pas tant la thèse ou l’objet de recherche qui peuvent déstabiliser le lecteur mais plutôt l’approche employée par l’auteur ; il privilégie la théorie politique à la sociologie ; il opte pour une approche comparée quand on se serait attendu à ce qu’il étudie, sur le temps long, les conseillers régionaux français.

2Pour autant, ces choix méthodologiques lui permettent d’étayer la thèse, très claire, qu’il défend tout au long de son ouvrage. Se basant sur l’observation de trois pays – l’Allemagne, l’Espagne et la France –, il soutient l’idée que les ressources pour siéger dans une assemblée régionale auraient changé et se rapprocheraient d’une « norme » imposée par un « impératif représentatif ». Ce concept, au cœur de la thèse de Laurent Godmer, est défini comme étant « un ensemble de contraintes s’imposant aux partis politiques et les conduisant dans une certaine mesure à produire une représentation ressemblante sur le plan « physionomique » (en fonction du genre, de l’âge et de l’appartenance à des milieux ethnoculturels différents), suivant l’idée longtemps rejetée sur ce plan que les représentants doivent représenter au sens de figurer de manière picturale les représentants alors même que la distance socioculturelle avec ces derniers est importante » (pp. 117-118). Ce concept constitue un des points forts du livre car il invite le lecteur à examiner sous un angle nouveau les transformations qui affectent, depuis quelques années, le personnel politique régional. En suivant ce raisonnement, on pourrait considérer que les indices d’une amélioration de la représentativité des assemblées (tels que leur féminisation ou leur rajeunissement) masqueraient l’homogénéisation du processus de sélection des candidats. En réalité, et c’est là la thèse de Laurent Godmer, on se retrouverait face à un chiasme, c’est-à-dire que la représentativité gagnée d’un côté, améliorée pour ce qui concerne les « minorités visibles » se feraient au détriment des « majorités invisibles » (les ouvriers et employés) (p. 225). Cet élément, combiné à la professionnalisation des assemblées régionales, nous semble bien plus central que le paradigme « épistémocratique » (c’est-à-dire le « gouvernement des plus intelligents », p. 79) mobilisé dans la première partie du livre et sur lequel il revient en conclusion.

3Si la créativité conceptuelle de l’auteur ne fait nul doute, on regrette cependant que la démonstration souffre de défauts méthodologiques majeurs pouvant empêcher le lecteur d’adhérer totalement à l’approche qu’il défend.

4Ce malaise s’explique en grande partie par le fait que les données présentées sont totalement déconnectées de leur contexte politique national. Par exemple, la question du mode d’élection des conseillers régionaux n’est pas abordée et les changements de règle électorale sont tout au plus mentionnés. Pourtant, au cours de la période étudiée, les conseils régionaux français ont connu deux réformes ; la première, avec la loi du 11 avril 2003 qui modifie le mode de scrutin, et la seconde, avec la loi du 31 janvier 2007 qui introduit la parité au niveau des exécutifs. Loin d’être des détails techniques, ces changements ont des répercussions directes sur la sélection des candidats et in fine sur les élus. Le rehaussement des seuils rend en effet plus difficile la présence des petites formations politiques et peut, de ce fait, expliquer la disparition de certaines professions ou de profils politiques plus atypiques.

  • 1 Mabileau Albert, Le système local en France (2°édition), Paris, Montchrestien, 1994, p. 59.

5Il n’y a pas non plus de mise en perspective avec les autres assemblées locales. De ce fait, le lecteur peut parfois avoir l’impression que certaines évolutions qui affectent les assemblées régionales leurs sont spécifiques alors qu’en réalité, on observe des tendances similaires au niveau municipal. Dès lors, une présentation de la place du mandat de conseiller régional dans la hiérarchie des mandats aurait pu être utile pour faire ressortir, ou non, la spécificité de cet échelon. Pour le cas français au moins, il aurait fallu rappeler même succinctement le positionnement des conseils régionaux par rapport aux conseils généraux. Tout d’abord parce que l’institution n’a pas la même histoire et ensuite, parce qu’en terme de construction des carrières, le mandat de conseiller général a longtemps été plus valorisé ; « suite à la limitation du cumul des mandats (1985), le personnel politique local a massivement opté pour le conseil général au détriment du conseil régional »1.

6Il manque ainsi des passerelles, des liens entre les différents échelons politiques et plus généralement, des données sur le cumul des mandats. Ce dernier point permettrait d’avoir une lecture différente des éléments ; par exemple, la candidature de Safia Otokoré aux élections régionales de 2004 ne se comprend pas seulement parce qu’elle est une femme d’origine somalienne ; elle est aussi adjointe d’une ville de plus de 30 000 habitants, Auxerre. Plus important, le nombre d’entrants ou de sortants dans les assemblées ne semble pas avoir été pris en compte dans l’analyse alors que cette variable peut, elle aussi, avoir une incidence sur le profil des élus (notamment en ce qui concerne leur âge ou leur origine).

7L’auteur prend parfois en compte la couleur politique des conseils, comme lorsqu’il relie le nombre de fonctionnaires à la victoire du PS en 2004, cependant il semble oublier, lorsqu’il monte en généralité, que ses conclusions sont fortement conjoncturelles. Une des questions qu’il aurait pu soulever – et à laquelle il apporte une réponse indirecte avec son concept de « dédifférenciation partisane » – c’est : est-ce qu’en fonction de la couleur politique de l’assemblée régionale, le profil des élus change ? Mais il aurait fallu, là-encore pour consolider sa thèse, s’appuyer sur des données chiffrées plus que sur les énumérations que l’on retrouve en différentes parties de l’ouvrage et surtout rallonger la période au cours de laquelle les conseillers sont étudiés.

8La prise en compte du contexte international aurait aussi pu apporter de nouveaux éléments pour expliquer la soumission des partis politiques à cet « impératif représentatif ». En effet, tout au long de ce que l’on a appelé la « décennie paritaire » (années 1990), se sont multipliés des débats nationaux mais aussi européens et internationaux portant sur la sous-représentation des femmes en politique. La fin des années 1990 se caractérise aussi par la transposition, en droit interne de la directive communautaire qui accorde le droit de vote et d’éligibilité pour les élections municipales aux ressortissants européens. La concomitance de ces deux éléments a contribué à nourrir toute une réflexion sur la représentation et sur le manque de représentativité des assemblées.

9Enfin, le lecteur pourra être interpellé par le fait que pour préserver la clarté de sa démonstration, l’auteur a, de temps à autre, opté pour des raccourcis pouvant parfois donner l’impression d’une dénaturation des données ou d’une extrapolation à partir de celles-ci. Pour illustrer la tendance à « l’hyper-représentativité » des assemblées régionales, Laurent Godmer utilise plusieurs indicateurs, en les mettant sur le même plan alors que l’essor de certains est très récent (comme l’origine ethnique) et que d’autres, comme la parité, en France, sont imposés par la loi. S’agissant du rajeunissement des conseils régionaux, il avance l’idée qu’il y aurait un âge limite d’éligibilité, une « retraite politique » sans pour autant le prouver ; ce n’est pas parce que les « vieux » élus ne siègent plus dans les assemblées régionales qu’ils ont pour autant quitté la scène politique. Ils peuvent avoir été battu et/ou siéger dans d’autres hémicycles, puisque le conseil régional pourrait, comme d’autres assemblées locales, être un tremplin vers d’autres assemblées.

10Au final, ce premier ouvrage propose un certain nombre d’outils théoriques pour appréhender les évolutions du personnel politique régional et démontre tout l’intérêt qu’il peut y avoir à poursuivre les recherches sur ces élus.

Haut de page

Notes

1 Mabileau Albert, Le système local en France (2°édition), Paris, Montchrestien, 1994, p. 59.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Troupel, « Des élus régionaux à l’image des électeurs ? L’impératif représentatif en Allemagne, en Espagne et en France, Laurent Godmer », Quaderni, 74 | 2011, 127-129.

Référence électronique

Aurélia Troupel, « Des élus régionaux à l’image des électeurs ? L’impératif représentatif en Allemagne, en Espagne et en France, Laurent Godmer », Quaderni [En ligne], 74 | Hiver 2010-2011, mis en ligne le 05 janvier 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://quaderni.revues.org/376

Haut de page

Auteur

Aurélia Troupel

Maître de conférences en Science Politique
Faculté de Droit et de Science Politique Montpellier I

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org