Navigation – Plan du site
Communication

Une profession fragilisée : les journalistes français face au marché de l’emploi

Christine Leteinturier-Laprise et Michel Mathien
p. 97-114

Résumés

En France, les métiers du journalisme sont ouverts. Mais leur reconnaissance relève de la Convention collective de travail et de l’obtention de la carte d’identité professionnelle. Cependant, organisations patronales de la presse et de l’audiovisuel ne sont toujours pas d’accord avec les syndicats de journalistes pour inscrire un code de déontologie applicable à tout professionnel dans la Convention collective. L’environnement économique concurrentiel, l’essor des technologies de l’information et de la communication, ainsi que celui des blogs amateurs sur le Web, ont modifié le recours aux professionnels reconnus dans un contexte récurrent de crise de confiance des Français à l’égard des médias. Malgré un cadre de travail de plus en plus délicat, les effectifs professionnels sont les plus élevés de l’histoire (+ 37 000), et la part des femmes est croissante (+43 %).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude-Jean BERTRAND (dir.), L’arsenal de la démocratie : médias, déontologie et M.A.R.S., Paris, É (...)

1Depuis le dernier état des lieux réalisé sous la direction de Claude-Jean Bertrand (1934-2007)1, la France a connu beaucoup d’affaires mettant en cause les médias et les journalistes du fait d’informations fausses, abusives ou ne respectant pas la « présomption d’innocence » de coupables désignés ou poursuivis, voire aussi de collusion entre acteurs économiques des médias et personnalités politiques. Dans l’esprit des M.A.R.S. – ou Moyens d’assurer la responsabilité sociale des médias que Bertrand avait traduit à partir de l’expression banale américaine de media accountability systems – des réponses partielles ont été apportées telles que la multiplication de chartes de déontologie au sein des entreprises ou la création de postes de « médiateurs » dans la presse, la radio et la télévision.

  • 2 Cf. l’éditorial de l’organe du Syndicat National des Journalistes, Le Journaliste, du 4ème trimestr (...)

2Mais les organisations patronales de la presse et de l’audiovisuel ne se sont toujours pas accordées avec les syndicats des journalistes sur un code de déontologie de référence applicable à tout professionnel et inscrit dans la Convention collective de travail2.

  • 3 Cf. http://www.journalisme.com/

3La perspective de création d’un Conseil de presse est toujours en discussion. Censé rassembler à la fois les journalistes, les premiers concernés, et leurs employeurs, mais aussi des représentants de la société civile eu égard à la fonction de médiation générale assurée par les médias dans une société se voulant toujours plus démocratique, il a été une fois de plus relancé en 2008 lors des États généraux de la presse voulus par le président de la République, Nicolas Sarkozy. Il a occupé une large part des débats des Assises Internationales du Journalisme, rencontres annuelles créées en 2007 à l’initiative de l’Association Journalisme et Citoyenneté3.

  • 4 Journalisme et dépendance, sous la direction d’Ivan Chupin et Jérémie Nollet, L’Harmattan, Paris, 2 (...)
  • 5 Cf. des blogs de journalistes : www.rue89.com ; www.mediapart.fr, http://blog.mondediplo.net; des b (...)

4Cependant, le contexte économique de plus en plus concurrentiel et déterminant pour les politiques éditoriales, l’essor des technologies de l’information et de la communication (TIC) favorisant aussi bien les pratiques du multimédias que l’essor des blogs « amateurs » sur la Toile ou Web, ont modifié les pratiques journalistiques et le recours aux professionnels. Autre élément de tension pour la profession : la crise de confiance des Français à leur égard. Dans l’ensemble, ils demeurent plus ou moins dubitatifs vis-à-vis des médias et des journalistes4. La critique s’expose maintenant très largement sur la Toile, soit du fait de blogueurs individuels, soit sur les forums ouverts par les médias eux-mêmes ou sur des sites dédiés5. Émergent alors des discours généralisateurs, peu réfléchis et argumentés, mais qui contribuent à brouiller les représentations sociales des journalistes et fragilisent les médias eux-mêmes.

  • 6 Cf. l’art. de Michel Mathien in C.- J. BERTRAND, op. cit. : « Journalistic Training and Professiona (...)
  • 7 Cf. art.cit. note 3, et aussi « La Responsabilité collective dans la presse », coord. par Alain Rab (...)
  • 8 Pour un aperçu de l’action du CLEMI, cf. Evelyne BEVORT, « L’éducation aux médias. Perspectives et (...)

5Ces débats en cours, comme suggéré à l’époque6, pourraient conduire le groupe des journalistes à renforcer sa propre cohérence par rapport à ses missions sociétales et à s’affirmer davantage vis-à-vis de ses employeurs afin de ne pas agir uniquement dans des perspectives de résultats économiques liés à des modes de couverture de l’actualité en contradiction avec ces missions. Associer publics et représentants de la société civile serait une façon légitime de pondérer de tels écarts et de limiter les « bavures médiatiques » qui ont fait débat. Mais il est aussi évident que toutes ces questions relèvent de la formation des journalistes, qu’elle se fasse « sur le tas » à l’embauche, ou dans les établissements de formation professionnelle reconnus ou non par les partenaires sociaux7. Une autre approche relèverait du développement de « l’éducation aux médias » dès le début de l’enseignement secondaire, ceci conformément à la Déclaration de l’Unesco du 22 janvier 1982 dite « de Grünwald » (Allemagne). Or, la France figure encore parmi les États qui n’ont guère développé cet aspect, indépendamment d’un service spécialisé dont l’action ne se traduit pas in situ dans les programmes scolaires, le Centre de liaison de l’enseignement et des moyens d’information (CLEMI), organisme du ministère français de l’Éducation nationale en charge de la formation des enseignants pour une meilleure connaissance des médias8.

Évolution générale de la profession entre 1990 et 2009 : un marché de l’emploi en récession

6Dans son contexte économique spécifique, la collectivité professionnelle des journalistes français a connu une forte augmentation de ses effectifs entre 1945 et 1990. Elle a été liée à la diversification importante des fonctions et tâches découlant de la multiplication des offres médiatiques dans la presse, la radio puis la télévision, et à l’apparition de nouvelles spécialités techniques. Parallèlement à la création de titres de plus en plus spécialisés, à la technicisation de l’activité, tant dans la presse que dans l’audiovisuel ou sur le Web, des formes variées de spécialisations croisées ont conduit à une atomisation très forte au sein de la profession. Mais depuis 1990, année où 26 614 titulaires de la carte professionnelle ont été enregistrés, on observe un fort ralentissement de l’augmentation des effectifs qui se lit dans la diminution régulière du taux de croissance, en dépit de la hausse démographique et de l’augmentation du nombre de médias. Le principal facteur explicatif est la réorganisation en cours des marchés médiatiques avec la fragilisation croissante de la presse d’information générale (qui conduit certains à s’interroger sur sa disparition éventuelle), la croissance des offres télévisuelles et, surtout, la montée en puissance des formats numériques (sites d’information sur la Toile relayés par les applications de téléphonie mobile), en attendant l’installation du marché émergent des « tablettes ». Le cap des 37 000 titulaires a été franchi en 2006 et les effectifs n’augmentent guère depuis cette année-là (cf. tableau 1).

Un statut professionnel singulier

7Malgré les mutations en cours liées aux usages des technologies de l’information et au contexte économique de leur activité et son attractivité jusqu’à ces dernières années, le journalisme français reste une profession ouverte. Peut y accéder qui le souhaite mais à la seule condition de répondre à la définition inscrite dans le Code du travail : « Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée l’exercice de sa profession, dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques ou dans une ou plusieurs agences de presse, et qui en tire le principal de ses ressources ».

  • 9 Code du travail, articles L.7111-1 à L. 7114-1.
  • 10 CCIJP, 221 rue Lafayette, 75010 Paris : www.ccijp.net

8Ce statut juridique fort libéral résulte de la reconnaissance de la profession par la loi du 29 mars 19359. La principale conséquence pour l’employeur est de ne pas pouvoir faire travailler des « rédacteurs réguliers qui ne soient titulaires de la carte d’identité professionnelle, étant entendu toutefois que l’accès à la profession de journaliste ne peut être fermé ». Ce document est délivré par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP)10. Instance paritaire composée de représentants des journalistes et des dirigeants des médias, elle statue sur la base d’un dossier prouvant que l’activité de la personne est bien de nature journalistique et qu’elle en tire plus de la moitié de ses revenus.

  • 11 Code du travail, article L. 7112-5.

9Dans cet état d’esprit, nulle formation particulière préalable n’est donc imposée, nul parrainage et nulle adhésion à une organisation quelconque ne sont exigés pour exercer le métier. Au regard du droit ordinaire du travail, le journaliste bénéficie notamment d’une « clause de conscience »,dispositif particulier permettant la rupture du contrat de travail11 à la charge de l’employeur en cas de cession du journal, de cessation de l’activité et de changement notable d’orientation du média qui peut porter atteinte à son honneur. Dans la foulée de la loi, une convention collective très favorable a été mise en place définissant les relations de travail entre salariés et employeurs (avantages sociaux, salaires, retraites, etc.) et elle a été étendue aux journalistes-pigistes en 1974.

Les principales sources statistiques 

  • 12 Cf. site de la CCIJP : www.ccijp.net
  • 13 Institut Français de Presse (1991), Les Journalistes français en 1990. Radiographie d’une professio (...)
  • 14 Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Rémy Rieffel Les Journalistes f (...)
  • 15 Christine Leteinturier (dir.), Acteurs et marchés des médias : la production journalistique et son (...)

10Sur le plan de ses effectifs, la population est bien connue grâce aux statistiques générales que la CCIJP publie chaque année12. Elles sont reprises dans les annuaires statistiques du ministère de la Culture et ont servi de base à différentes études menées par l’Institut Français de Presse (IFP) sur le profil sociodémographique de la profession en 199013 (population 1989) et en 200014 (population 1999). Une troisième est entreprise depuis 2010 (population 2009) dans le cadre d’un contrat de recherche entre l’IFP et l’Agence nationale de la recherche15. Ces données concernent la situation des journalistes professionnels « encartés » ayant un emploi fixe ou percevant des piges ou étant régulièrement inscrits au chômage. Il ne s’agit que d’un reflet partiel du marché de l’emploi des journalistes, même s’il en comptabilise la majorité. En effet, échappent à cette instance le secteur du « journalisme institutionnel » (services de communication, publications d’entreprises et des collectivités territoriales…) et celui du journalisme en ligne quand il s’exerce sur des sites sans lien direct avec l’univers des médias tels que les grands portails des fournisseurs d’accès à l’Internet (Orange) ou des grands opérateurs de contenus (Yahoo, Google) ou les sociétés externalisées qui gèrent les sites web des médias.

  • 16 Cf. site de l’INSEE : www.insee.fr
  • 17 Cf. site DGMIC : www.dgmic.culture.gouv.fr. La DGMIC remplace depuis la fin 2009 la DDM - Direction (...)
  • 18 Cf. site de l’observatoire des métiers de la presse : www.metiers-presse.org : Photographie de la p (...)
  • 19 Cf. site de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de l’audiovisuel : www.obse (...)

11L’Institut National de la Statistique et des études économiques (INSEE)16, avec ses « Enquêtes emploi » annuelles, la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC)17, rattachée à la fin 2009 au ministère de la Culture et de la Communication, avec ses analyses régulières des marchés médiatiques, constituent des ressources très importantes. Enfin, deux observatoires, celui des Métiers de la presse18 et celui des Métiers de l’audiovisuel19 produisent des travaux visant à éclairer les besoins en formation des personnels des médias, toutes catégories professionnelles confondues.

La fin d’un cycle de croissance 

12Si le groupe des journalistes professionnels a connu une croissance forte et régulière, avec un doublement tous les 20 ans des journalistes « encartés » depuis 1945, il connaît un ralentissement depuis 1990. Le seuil des 30 000 est franchi en 1997, puis des 35 000 en 2002. Mais, sur les trois dernières années (2007, 2008 et 2009), l’effectif se stabilise autour de 37 000 cartes. De même, depuis 2004, le nombre des pigistes fluctue autour de 6 800/7 000.

  • 20 INSEE, « Enquête Emploi de 2007 » : le groupe « Cadres et professions intellectuelles supérieures » (...)

13Les données de la CCIJP sur les renouvellements, les sorties et les premières demandes montrent une stagnation de la part des renouvellements, autour de 92 à 95 % des cartes émises chaque année. Les journalistes en poste préservent leur situation dans un contexte agité : changements de formules, évolutions des structures entrepreneuriales, plans sociaux, etc. Le nombre des « premières cartes » est en baisse relative (8 à 5 %), alors que la part de ceux qui quittent la profession reste stable (5 %). Ce phénomène conduit aussi à un vieillissement de la population des journalistes20 dont l’âge moyen est désormais de 42 ans. Enfin, la croissance de la part des chômeurs est réelle. Elle paraît toutefois faible au regard des évolutions des effectifs des rédactions. Bien des chômeurs essaient de rester sur le marché du travail en faisant des piges et, pour peu que les revenus tirés des piges soient significatifs, ils sortent de facto de la catégorie « chômeurs ».

La part des pigistes se stabilise

14Les pigistes sont des « journalistes professionnels » qui exercent leur activité de façon indépendante et sont rémunérés à la tâche, c’est-à-dire à la prestation comme l’article ou la photo publié. Ils doivent entretenir un réseau relationnel vaste avec diverses rédactions pour s’assurer une activité régulière et des revenus à peu près stables. Ils sont donc souvent considérés comme des « journalistes précaires ». Toutefois, ils bénéficient, depuis 1974, des mêmes avantages sociaux (couverture sociale, congés légaux, droits à la retraite, indemnités de chômage) que les journalistes mensualisés. Ce groupe a connu une croissance encore très forte entre 1981 et 2000 : + 99,34 % entre 1981 et 1990 et encore + 56,92 % entre 1990 et 2000. Mais on constate une stabilisation des effectifs avec une croissance d’à peine 20 % entre 2005 et 2009.

  • 21 Cf. Tableaux statistiques de la presse. Résultats détaillés de 1985 à 2007, Direction du Développem (...)
  • 22 Cf. Francine AIZICOVICI, « Comment en finir avec les abus des stages en entreprise ? », Le Monde, 1 (...)

15Variable d’ajustement du marché de l’emploi, ce groupe est plus sensible aux variations économiques du marché des médias. Les pigistes viennent bien en quelque sorte « boucher les trous » dans les rédactions. Plus récemment, ce mouvement n’est plus aussi lisible, l’augmentation des difficultés économiques expliquant largement cette modification. Tout d’abord, la pression sur la rentabilité des journalistes salariés augmente, alors même que leur situation professionnelle est fragilisée par la crise de la presse21 et, plus largement, par la baisse des investissements publicitaires dans le secteur des médias. S’ajoute à cela le développement d’un phénomène particulier : celui de l’augmentation des stages préprofessionnels dans les entreprises en général22. Celui-ci n’est pas spécifique aux médias, mais il y prend une dimension particulière. Les stagiaires en cours de formation représentent pour les rédactions une main d’œuvre de bon niveau général et déjà partiellement formée. Ils sont largement utilisés dans les entreprises suivant les mêmes règles que les pigistes mais avec un « avantage » supplémentaire : ils ne sont pas ou très peu payés !

16Tableau 1 : Évolution des principaux indicateurs statistiques de la CCIJP

1981

1990

2000

2009

Nombre total de cartes délivrées

18 041

26 614

32 738

37 390

Taux de croissance (en %)

47,52

23,01

14,21

Nombre de 1ères cartes

NC

2 140

2 280

2 024

Taux de croissance (en %)

6,54

-11,23

Diplômés d’écoles reconnues

NC

72

267

265

Taux de croissance (en %)

270,83

-0,75

Journalistes mensualisés

15 740

22 861

26 582

28 707

Taux de croissance (en %)

45,24

16,28

7,99

Pigistes

1 968

3 923

6 156

7 267

Taux de croissance (en %)

99,34

56,92

18,05

Total hommes

13 628

17 559

19 747

20 773

Taux de croissance (en %)

28,85

12,46

5,20

Total femmes

4 413

9 055

12 991

16 617

Taux de croissance (en %)

105,19

43,47

27,91

Chômeurs

261

830

1 072

1 426

Taux de croissance (en %)

218,01

29,16

33,02

17* Évolution 1970 /1981

18Tableau 2 : Les pigistes : répartition hommes / femmes (en nombre)

Année

Total pigistes

 % Pigistes dans total Journalistes

Pigistes Hommes

 % Total Pigistes

Pigistes Femmes

 % Total Pigistes

1 990

3 923

14,74

2 335

59,52

1 588

40,48

1 995

4 786

16,81

2 821

58,94

1 965

41,06

2 000

6 156

18,8

3 316

53,87

2 840

46,13

2 005

7 889

21,61

3 417

43,31

3 472

44,01

2 009

7 267

19,44

3 486

47,97

3 781

52,03

La poursuite de la féminisation

19La féminisation se poursuit mais la parité n’est pas encore atteinte : on compte 34,02 % de journalistes femmes en 1990, 39,68 % en 2000 et 44,44 % en 2009. Ce sont les journalistes-femmes qui « portent » la croissance globale du groupe avec, toutefois, comme pour les autres indicateurs, des taux de croissance en diminution : + 105,19 % entre 1981 et 1990, + 43,47 % entre 1990 et 2000 et + 25,95 % entre 2000 et 2008. En 2008, ce taux est négatif (-0,9 %) pour les journalistes hommes alors qu’il est de + 1,19 % pour les femmes.

20Les femmes sont les plus nombreuses dans les dispositifs de formation (jusqu’aux ¾ de l’effectif parfois) et également parmi les « nouveaux » journalistes depuis plus de 10 ans. De même, la part des pigistes-femmes augmente de façon régulière et, en 2005, leur pourcentage devient supérieur à celui des hommes. Elles sont donc aussi plus nombreuses sur des emplois précaires

21Tableau 3 : Évolution du nombre de journalistes femmes (en nombre).

1 990

1 995

2 000

2 005

2 009

Total Journalistes

26 614

28 471

32 738

36 503

37 390

Journalistes Hommes

17 556

17 949

19 747

21 028

20 773

Journalistes Femmes

9 055

10 522

12 991

15 475

16 617

Proportion J. Femmes/Total

34,02

36,96

39,98

42,39

44,44

22Les femmes sont les plus nombreuses dans les dispositifs de formation (jusqu’au ¾ de l’effectif parfois) et également parmi les « nouveaux » journalistes depuis plus de 10 ans. De même, la part des pigistes-femmes augmente de façon régulière et, en 2005, leur pourcentage devient supérieur à celui des hommes. Elles sont donc aussi plus nombreuses sur des emplois précaires même si, par ailleurs, elles sont plus nombreuses à être passées par les écoles agréées et si elles ont un niveau de diplôme supérieur à celui de leurs collègues masculins. Comme dans d’autres secteurs, la qualification ne protège pas les femmes des inégalités face à l’emploi ou aux salaires.

Les marchés du travail des journalistes français

  • 23 Cf. Observatoire des métiers de la presse, op. cit.
  • 24 Cf. Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Rémy Rieffel, 2001, op. cit (...)

23Les marchés du travail des journalistes peuvent être abordés suivant trois axes qui, évidemment, se croisent. Les spécialités de contenus des médias qui les emploient représentent la diversité des segments de ces marchés ; les spécialités techniques sont elles aussi d’une grande variabilité et évoluent avec les innovations de produits. Enfin, la localisation géographique du lieu d’exercice permet de dresser une cartographie des bassins d’emplois. Une étude récente menée par l’Observatoire des métiers de la presse23 – reprenant le cadre d’analyse de l’étude IFP de 200024 - fournit des éléments d’information sur les grands secteurs d’emploi, ainsi que sur la répartition géographique et sur les salaires.

La presse écrite reste le principal employeur

  • 25 Cf. Yannick Estienne Le Journalisme après Internet, L’Harmattan, Paris, 2008 ; ou Nicolas

24Si la presse écrite reste toujours le plus gros employeur des journalistes, sa part a diminué de façon significative entre 1990 et 2009. Les réaménagements des marchés de l’information sous la concurrence des autres médias et les restructurations des entreprises et des rédactions expliquent globalement cette diminution. On trouve ensuite l’audiovisuel (ensemble des chaînes de télévision, de radio et sociétés de production). Les agences conservent une part significative. L’Internet ne concerne qu’un pourcentage très faible de l’ensemble du groupe des journalistes, ce que confirme l’enquête réalisée par Yannick Estienne25 dans différentes rédactions web.

25Tableau 4 : Répartition des journalistes par grands types de médias en 2008 (en %)

Secteur

2008

1999

1990

Presse écrite

65,1

72,8

74,7

Télévision

14

12,4

9,55

Radio

9,1

8,5

7,54

Agences

8,3

6,1

7,84

Internet

1,5

0,2

0

Autres secteurs

1,4

NC

NC

L’Île-de-France rassemble la majorité des journalistes

26La répartition géographique montre la persistance de la domination de la région parisienne (ou Île-de-France) comme secteur d’emplois. Si celle-ci concentre 55 % des employeurs, elle regroupe 65 % des journalistes. Viennent ensuite trois régions qui figurent aussi parmi les plus dynamiques sur le plan économique : la Bretagne (4 % des effectifs professionnels), la région Rhône-Alpes (4 %) et le Nord-Pas-de-Calais (3 %).

27Les disparités salariales restent fortes

28Les revenus des journalistes salariés se situent dans la moyenne des revenus des professions intellectuelles supérieures de la typologie de l’INSEE. Le salaire moyen mensuel brut, pour 2008, est de 3 417 € et la tranche la plus fréquente est celle 3 000/4 000 € qui rassemble presque le tiers des journalistes salariés (28,4 %). Ces chiffres situent les journalistes plus près de la moyenne

29des revenus des professions intermédiaires (2 764 €) que de ceux des cadres (5 491 €). Les pigistes ont des revenus bien moindres puisque leur revenu moyen est de l’ordre de 2 000 €.

30Enfin, il faut noter que, comme dans d’autres secteurs économiques, il y a de fortes disparités de revenus entre hommes et femmes. Le salaire médian d’un journaliste-homme se situe à environ 3 277 € et celui d’une journaliste-femme autour de 2 900 €.

31La formation des journalistes français : une professionnalisation en cours

32Le dispositif de formation

  • 26 Cf. Frédéric LAMBERT, Camille LAVILLE (dir.), « Faut-il encore former les journalistes ? », Médiamo (...)

33Si aucun texte ne réglemente l’accès à la profession de journaliste, le fait de passer par une formation professionnelle semble toutefois, dans un marché en relative récession, un réel avantage pour obtenir un emploi. Les centres de formation demeurent les premiers lieux de construction de la culture professionnelle, surtout quand ils sont en rapport direct avec une université et des chercheurs spécialisés du domaine. La mise en place progressive d’un marché diversifié de la formation des journalistes a conduit à renforcer la professionnalisation des jeunes journalistes26.

  • 27 Cet agrément est délivré par une instance professionnelle rassemblant représentants du patronat et (...)

34Ce dispositif est composé de trois pôles principaux : 13 écoles de journalisme bénéficiant de l’agrément des partenaires sociaux27, une vingtaine de formations universitaires spécialisées au sein des départements d’information-communication des universités et une quarantaine d’écoles privées. Les niveaux de recrutement vont du baccalauréat à la licence (L3).

35Dans ces structures, les stages en entreprises sont obligatoires et encadrés. Pour ceux qui ne passent pas par des formations professionnelles, le niveau d’étude atteint le plus souvent supérieur à bac + 3 ou bac + 4 (licence/L3 ou 1ère année de master/M1) s’accompagne de la construction d’une expérience préprofessionnelle significative sous forme de stages, de remplacements en période de vacances ou de piges.

36Cette expérience, parallèle aux études, favorise également l’accès à la profession en formant les étudiants aux règles de fonctionnement des rédactions qui les accueillent, développant une socialisation plus précoce.

37Les diplômés des écoles reconnues parmi les nouveaux « encartés » : vers la stabilisation

38Premier constat, l’effectif des élèves issus des écoles reconnues reste faible. S’il augmente en nombre (72 en 1991 à 267 en 2000 (+ 73 %) et à 295 en 2008 (+ 9,5 %)), sa part parmi les nouveaux entrants, stagne autour de 15 % après avoir fortement augmenté dans les années antérieures (de 3 % en 1991 à 6,4 % en 1996 à 13 % en 1998).

39Tableau 5 : Écoles de Journalisme dispensant un cursus reconnu par la CPNEJ

PARIS

Écoles Publiques

Écoles privées

CELSA - Université Paris IV

www.celsa.fr

CFJ - Centre de Formation des Journalistes
www.cfpj.com

Institut Français de Presse - Université Panthéon - Assas PARIS IIHYPERLINK "http://www.u-paris2.fr/​ifp/​" www.u-paris2.fr/ifp/

Institut Pratique du Journalisme
HYPERLINK "http://www.ipjparis.org/​" www.ipjparis.org

Institut d’Études Politiques - École de Journalisme

http://www.journalisme.sciences-po.fr/​

RÉGIONS

Institut de Journalisme Bordeaux-Aquitaine - Université Bordeaux 3
HYPERLINK "http://www.ijba.u-bordeaux3.fr/​" www.ijba.u-bordeaux3.fr/

École Supérieure de Journalisme de Lille
www.esj-lille.fr

École de Journalisme de Grenoble - Université Grenoble 3
www.u-grenoble3.fr

École de Journalisme de Toulouse
www.ejt.fr

IUT de Lannion - Université Rennes I

 www.iut-lannion.fr

École de Journalisme et de Communication de la Méditerranée – Université Aix-Marseille II
www.ejcm.univ-mrs.fr

Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme de Strasbourg – Université de Strasbourg
HYPERLINK "http://cuej.u-strasbg.fr/" http://cuej.u-strasbg.fr

IUT de Tours – Université de Tours

http://iut.univ-tours.fr

40Tableau 6 : Diplômés des écoles reconnues parmi les nouveaux entrants

1990

1995

2000

2005

2008

Total Premières cartes délivrées

2 140

1 624

2 280

1 979

2 004

Taux de croissance

0,93

2,62

0,98

0,02

Diplômés Écoles reconnues

NC

96

267

303

295

Taux de croissance

-11,93

4,71

3,06

-3,91

Prop Dipl. éc. Rec. / Total première demandes

NC

5,91

11,71

15,31

14,72

41Ceci s’explique par le fait que ces formations reconnues sont relativement peu nombreuses (13 en 2009) et qu’elles ne forment que des petits effectifs (entre 25 et 45 étudiants par promotion). Sur environ 400 journalistes formés chaque année par ces écoles, seulement les ¾ se présentent sur le marché du journalisme. Le passage par ces institutions leur permet d’accéder, un peu plus facilement, aux médias les plus prestigieux : quotidiens d’information générale et politique, newsmagazines, médias audiovisuels nationaux. Mais, globalement, les journalistes qui y sont formés représentent à peine 15 % de la profession. Cela signifie que, parmi les journalistes en poste en 2009, vraisemblablement plus de la moitié n’ont reçu aucune formation professionnelle préalable et ont donc appris le métier « sur le tas ». Il s’agit des journalistes ayant passé le cap des 40 ans, les plus jeunes ayant bénéficié à la fois de la massification de l’enseignement supérieur et de l’élargissement des offres de formation professionnelle.

Comment s’insèrent les jeunes journalistes ? Profils des nouveaux titulaires de la carte 2008

Une élévation très forte du niveau de formation

  • 28 Cf. Christine Leteinturier, Le Temps des Médias, op. cit.

42Plutôt plus féminin et plus jeune que dans les décennies précédentes, le groupe des nouveaux entrants 200828 présente comme caractéristique essentielle une augmentation significative du niveau de formation, tant générale que professionnelle et une socialisation relativement précoce au milieu.

43Le niveau d’étude de la majorité du groupe est égal ou supérieur à bac + 4. La part des non-bacheliers devient résiduelle (3 %), et concerne majoritairement les entrants tardifs, de même que les niveaux intermédiaires entre bac et bac + 3. Les futurs journalistes ont certes bénéficié, comme une majorité de leur génération, de la massification de l’enseignement secondaire puis de l’enseignement supérieur. Toutefois, les données fournies par l’enquête Emploi de l’INSEE montrent que parmi la population âgée de 25 à 34 ans en 2008, seulement 69 % des femmes et 60 % des hommes sont titulaires du baccalauréat ; 50 % des femmes sont titulaires d’un diplôme supérieur au bac, et 36,8 % des hommes.

44Tableau 7 : Des niveaux de diplôme de plus en plus élevés

Niveau d’études (en %)

1990

1998

2008

Non bac

12

5,8

3

Bac

14,4

11,8

9,5

Bac + 1 et + 2

20,2

21,4

15,7

Bac + 3

15,5

18,1

21,1

Bac + 4

21

23,4

27,7

Bac + 5 & > 5

16,9

19,4

22,8

  • 29 Cf. Christine LETEINTURIER, « De jeunes journalistes trop formés et trop expérimentés ? », in Les C (...)

45Le profil des jeunes journalistes est donc socialement marqué. Les disciplines les plus représentées sont l’information-communication (22,77 %), les sciences humaines et sociales (21,28), le droit et la science politique (20,85, dont 10,8 % issus d’un Institut d’études politiques-IEP). Cette transformation du niveau d’études conduit à penser que l’accès autodidacte au métier devient résiduel. C’est d’ailleurs ce que confirme l’analyse de la répartition des effectifs par types de formations professionnelles, dont la forte croissance est sans doute le phénomène le plus marquant29. Désormais, la majorité des « nouveaux » journalistes sont issus d’une formation professionnelle. Les jeunes journalistes issus des filières reconnues par la CPNEJ sont minoritaires (21,6 %) par rapport à ceux qui sortent des filières non reconnues, y compris universitaires (28,3 %). La structuration du marché de la formation au journalisme, le développement d’une offre de niveau « Master » dans les Universités ou les IEP créent les conditions d’une diversification des filières de formation qui visiblement trouve son public. Dans ce contexte, il semble normal que l’accès au journalisme comme deuxième carrière voit aussi sa part diminuer pour ne plus représenter que 29,6 % de l’effectif des nouveaux « encartés » de 2008.

46Tableau 8 : Une forte augmentation du passage par les formations professionnelles.

Formation au journalisme (en %)

1990

1998

2008

Écoles agréées

8,9

14,8

21,6

Écoles non agréées (dont filières universitaires)

7,3

8,1

19,6

Formations en alternance

NC

NC

8,7

Formation continue

17

25

9,9

Ensemble formation professionnelle

33,2

47,9

60

  • 30 Cf. Dominique MARCHETTI, « Les marchés du travail journalistique », in Devenir Journaliste. Sociolo (...)

47Enfin, dernière composante significative de l’élévation du niveau de formation des jeunes journalistes, la fréquence des stages et autres emplois de nature journalistique tout au long du parcours d’études. La moitié des « nouveaux » titulaires de la carte de presse 2008 ont cumulé au moins 4 séquences préprofessionnelles d’une durée variant de 2 à 6 mois, et ceci sans compter la période retenue pour l’obtention de la carte. Cette expérience du terrain, si elle vient confirmer la vocation, sert essentiellement à accumuler expériences et réseaux relationnels dans la perspective d’accéder plus facilement à l’emploi, mais aussi aux formations initiales en journalisme qui toutes, exigent des candidats qu’ils aient déjà effectué un ou plusieurs stages dans des rédactions. Si on y ajoute les deux ou trois stages obligatoires en cours de formation dans les écoles professionnelles, on comprend mieux pourquoi le groupe des pigistes fluctue à la baisse ! Les « recruteurs » qui souhaitaient des journalistes formés, expérimentés et acculturés au milieu30 devraient se féliciter de cette évolution. Mais cela n’empêche pas de se poser la question propre à tout corps professionnel se revendiquant comme tel. à savoir quelle est alors sa culture spécifique au regard des finalités sociétales avancées dans ses discours ?

Dans quels marchés d’emplois s’insèrent-ils et dans quelles conditions ?

48Les marchés d’embauche à l’entrée dans le métier se transforment sous les effets croisés des mutations technologiques, de la conjoncture économique et de la transformation des attentes du public. La part de la presse décline fortement mais l’audiovisuel et surtout le web occupent, en 2008, une place significative. Rappelons que le web n’occupe qu’un faible effectif de l’ensemble du groupe (1,5 %). L’information spécialisée (42 %) et l’information de proximité (33,15) restent les secteurs médiatiques d’embauche dominants, loin devant les grands médias d’information générale et politique (22,35 %). Nombreux sont également les jeunes journalistes à déclarer l’appartenance à un groupe plutôt qu’à un titre.

49Tableau 9 : la répartition des « nouveaux journalistes » dans les grands médias

Médias d’exercice (en %)

1990

1998

2008

Presse

77,6

72,6

56,1

Télévision

7,4

11,3

17,3

Web

0,2

0,2

11,7

Radio

7,1

9,4

10,2

Agences

7,7

6,5

4,7

50Tableau 10 : répartition des « nouveaux journalistes » par types de contrats en 2008

Statut (en %)

2008

Pigistes

23

Salariés en CDD

28,7

Salariés en alternance

7

Ensemble « précaires »

58,6

Salariés en CDI

41,4

Ensemble « stables »

41,4

51Il faut noter que ces marchés de l’information spécialisée et de l’information de proximité restent ensuite des marchés d’emplois dominants où les carrières peuvent se dérouler de manière moins chaotique que dans l’audiovisuel ou la presse nationale. L’accès à la presse nationale, grands quotidiens et newsmagazines, est plus lent et nécessite d’acquérir une expérience assez longue, assurance d’une compétence renforcée et de la construction d’un réseau relationnel stratégique. De même, la stabilisation des embauches dans l’audiovisuel public est relativement lente : les contrats à durée déterminée (CDD) peuvent s’enchaîner sur 3 à 5 ans et parfois plus.

52La situation statutaire à l’entrée s’est assez largement dégradée par rapport à celle de leurs aînés : pour eux la précarité devient la norme. En 1990, les contrats à durée indéterminée (CDI) concernaient 72,3 % des « nouveaux entrants », encore 68,8 % en 1998 et seulement 41,4 % en 2008.

53A contrario CDD et piges ne touchaient que 27,7 % des « nouveaux entrants » de 1990 et 31,3 % de ceux de 1990.

54Les qualifications restent classiques avec une forte domination des rédacteurs (54,3 %) suivi par les reporters (18,9 %), les secrétaires de rédaction et responsables de l’editing (18,9 %) ; les rédacteurs web représentant 10 % des qualifications déclarées.

55Le salaire mensuel brut médian à l’entrée est de 1 800 euros bruts mensuel, mais avec des écarts très importants entre les rémunérations les plus basses, parfois inférieures à 800 euros et les rémunérations les plus élevées, supérieures à 3 500 euros pour certains. Le salaire brut mensuel moyen est de 1 892 euros.

  • 31 Données DDM (http://www.dgmic.culture.gouv.fr/). Chiffre d’affaires de la presse nationale d’inform (...)
  • 32 Pour Le Monde en 2005 ; pour Libération, 2003 puis 2009 ; pour Le Figaro, 2003 puis 2009, etc.
  • 33 Plan social à Canal + en 2003 ; Pôle région groupe Hersant/Dassault, janvier 2005 (Clause de consci (...)
  • 34 Entre 1990 et 1999, le pourcentage des journalistes employé dans l’audiovisuel est passé de 9,5 % à (...)
  • 35 Cf. Yannick. Estienne, op. cit.
  • 36 Idem,Devillard, LAFOSSE, alii (2001), op. cit. et Dominique Marchetti, op. cit.

56Ce panorama de l’emploi des journalistes français montre une certaine fragilisation du groupe professionnel. Ses effectifs stagnent, dans un contexte général de récession des marchés médiatiques31. Les difficultés sociales et gestionnaires, l’instabilité relative des conditions de travail que met en évidence le rythme des innovations rédactionnelles (renouvellement des maquettes32, création et transformations régulières des sites web) sont largement illustrées par la multiplication des plans sociaux, en particulier dans les entreprises de presse33. La création de sites d’information sur la Toile ne compense ni les disparitions d’emplois, ni la faible dynamique d’emplois des nouveaux secteurs de l’audiovisuel34. Les rédactions web sont de très petites équipes35 : une à deux dizaines de journalistes, le plus souvent embauchés avec des statuts précaires, dans des structures juridiques de type sociétés de services, ce qui ne leur permet pas de bénéficier du statut de journaliste professionnel. Ce contexte explique largement l’érosion que connaît la profession, érosion qui affecte aussi les « nouveaux entrants ». Entre précarité statutaire, revenus parfois très faibles, environnement instable, avenir incertain et désenchantement, c’est ainsi que 16 % des nouveaux titulaires de la carte 2008 ne l’ont pas renouvelé en 2009. Rappelons que l’observation des carrières des « nouveaux encartés » de 1990 avait montré que 22,8 % d’entre eux avaient quitté la profession entre 1991 et 199536et que les carrières stables n’avaient finalement concerné que 58 % de cette « cohorte ».

Conclusion : la question éthique toujours d’actualité

Son inscription dès la formation

  • 37 Cf. site TNS-Sofres : http://www.tns-sofres.com/

57Dans un contexte général où la crise de confiance des Français à l’égard des médias et des journalistes ne faiblit guère, la réflexion sur les M.A.R.S. qui fut si chère à Claude-Jean Bertrand, comme rappelé au début, demeure toujours d’actualité comme celle sur la formation et la culture professionnelle des journalistes. Le baromètre de confiance des Français dans les médias créé en 1987, en partenariat avec La Croix et la Sofres, mesure chaque année la crédibilité des médias et des journalistes37. Les résultats 2009 montrent que l’intérêt pour l’actualité reste fort pour 71 % des Français. Sur l’ensemble des médias, la radio reste le média considéré comme le plus crédible (60 %), suivi par la presse (55 %) puis la télévision (48 %) puis, assez loin derrière les « médias classiques », l’Internet (34 %). Enfin, la confiance dans les journalistes reste faible (28 %), leur dépendance aux pouvoirs économiques et politiques étant le plus souvent mise en avant.

58Leur formation professionnelle, quelle que soit le lieu où elle se déroule, repose, sur un enseignement majoritairement dispensé par des journalistes professionnels qui viennent transmettre aux élèves leurs expériences, leur culture, leurs valeurs et leurs savoir-faire. Le modèle dominant ainsi promu est celui des grands médias d’information générale et politique (journaux télévisés des grandes chaînes généralistes, séquences d’information des grandes radios nationales, presse quotidienne et newsmagazines). L’intégration de la formation au journalisme en ligne n’a guère modifié cette orientation, les sites des grands médias étant le plus souvent proposés comme modèles. Toutefois, les emplois, eux, se situent dans des médias et des spécialisations qui excèdent largement l’espace de l’information générale et politique pour inclure l’information spécialisée et l’information de proximité.

59La formation professionnelle est complétée par des cours plus généraux, le plus souvent confiés à des universitaires spécialisés, notamment dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, mais ces enseignements sont fortement minoritaires. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les enseignements concernant l’éthique et les valeurs propres de la profession. Toutefois, ceux-ci restent eux aussi majoritairement centrés sur les questions que soulève l’information générale et politique, n’accordant aucune place aux relations complexes entre journalistes, sources et annonceurs dans la presse spécialisée (presse économique, presse féminine ou plus largement la presse technique et professionnelle). Et ceci semble assez paradoxal dans la mesure où l’enseignement de l’économie des médias avance, comme pré-requis, la validité du marketing comme guide de l’activité éditoriale de la rédaction !

La formation aux fonctions sociales des médias ?

  • 38 Dans la suite de l’article cité de Michel MATHIEN (note 5), il n’y a pas de grands changements maje (...)

60Si la réflexion sur l’éthique existe dans pratiquement toutes les formations, même avec des réserves quant à la manière de l’envisager38, il n’en est pas de même des approches plus exigeantes relevant de la dimension anthropologique et sociale de l’information et des médias dans les sociétés. La situation de crise que connaissent actuellement beaucoup de médias devrait pourtant conduire à aider les futurs journalistes à réinterroger les fonctions sociales de leurs entreprises, leurs rôles dans le débat public et la construction de la culture de la démocratie. Sachant que cette crise est aussi largement liée à la désaffection du public pour certains médias, notamment généralistes comme la presse quotidienne, il conviendrait de réfléchir sur les contenus offerts et les attentes du public.

61Pour sa part, la désaffection des jeunes générations vis-à-vis de la presse, si elle est le corollaire de l’expansion de l’Internet, est un signe inquiétant quant à la place future des médias dans la construction du débat public. Mais elle est aussi le reflet d’une certaine absence des journalistes professionnels eux-mêmes dans les réflexions sur les attentes des publics auxquels ils s’adressent. Les publics sont aussi les grands absents des formations professionnelles. L’insistance sur les résultats d’audience et sur la nécessité de conquérir des annonceurs place au second plan la réflexion sur le lecteur, l’auditeur et le téléspectateur et ses attentes spécifiques. Celles-ci sont sans rapport avec celles des annonceurs. Les publics des médias attendent des journalistes qu’ils leur donnent, au-delà des faits, des éléments complémentaires leur en permettant la compréhension, la mise en perspective et l’intégration dans leurs propres savoirs.

  • 39 Le Sommet mondial sur la société de l’information, dans ses étapes de Genève (2003) et de Tunis (20 (...)

62Si, par ailleurs, on forme très bien les jeunes journalistes à la manipulation des objets techniques, on ne les fait guère réfléchir sur les conséquences culturelles et sociales de l’utilisation des TIC, tant pour leur propre travail que pour les pratiques informationnelles des publics. Les TIC modifient le dispositif d’information et le rapport singulier de chacun et de tous à l’acquisition et, surtout, à l’appropriation des connaissances et donc aussi de l’information. Il est absurde de penser que la lecture, et donc la perception sinon la compréhension de l’information, n’est pas modifiée par le passage à un nouveau support électronique et à ces nouveaux usages induits ou détournés39.

  • 40 En date du 7 février 2009. Cf. aussi Michel MATHIEN, « Tous journalistes ! Les professionnels de l’ (...)

63Dans l’univers de l’Internet, le lien dominant aux contenus repose sur l’idée de stocks infinis qu’il suffit d’aller chercher (modèle Google). Ceci favorise une consommation superficielle qui ne conduit pas réellement à une appropriation des faits d’actualités et donc diminue le niveau de compréhension que l’on peut en avoir. Les réseaux sociaux en font circuler des éléments, des bribes à travers des commentaires qui en brouillent le sens. D’où l’avis de Marcel Gauchet, rédacteur en chef de la revue Le Débat, interrogé par Le Monde40 sur la survie de la presse.

64« Ce que démontre le « tous journalistes » est précisément,a contrario, qu’il y a un vrai métier de journaliste. Qu’il faut le redéfinir profondément, mais qu’il va sortir vainqueur de cette confusion car on aura de plus en plus besoin de professionnels pour s’y retrouver dans le dédale et nous épargner de chercher au milieu de 999 000 prises de parole à disposition. Il ne faut pas induire de l’amateurisme global la pulvérisation intégrale du professionnalisme. C’est l’inverse qui va se produire. Le moment actuel est un passage. Mais à l’arrivée, le niveau d‘exigence à l’égard de la presse sera plus élevé et non plus bas. »

Haut de page

Notes

1 Claude-Jean BERTRAND (dir.), L’arsenal de la démocratie : médias, déontologie et M.A.R.S., Paris, Économica, 1999, pp. 210-217, et sa version actualisée en anglais An Arsenal For Democracy : Media Accountability Systems, Hampton Press, Cresskill (New Jersey, États-Unis), 2003. Cf. aussi, Michel MATHIEN, Les journalistes, Histoire, pratiques et enjeux, Paris, Ellipses, 2007 ; voir les problématiques liées aux nouvelles technologies in Jean-Louis Fullsack et Michel Mathien (dir.), Éthique de la « société de l’information », Bruxelles, Bruylant (coll. Médias, sociétés et relations internationales), 2008.

2 Cf. l’éditorial de l’organe du Syndicat National des Journalistes, Le Journaliste, du 4ème trimestre 2009, « Déontologie : il y a urgence ! ».

3 Cf. http://www.journalisme.com/

4 Journalisme et dépendance, sous la direction d’Ivan Chupin et Jérémie Nollet, L’Harmattan, Paris, 2006.

5 Cf. des blogs de journalistes : www.rue89.com ; www.mediapart.fr, http://blog.mondediplo.net; des blogs associatifs : www.acrimed.org , www.alternativelibertaire.org ; ou des blogs « amateurs » www.leplanb.org.

6 Cf. l’art. de Michel Mathien in C.- J. BERTRAND, op. cit. : « Journalistic Training and Professional Ethics in France », pp. 267- 274.

7 Cf. art.cit. note 3, et aussi « La Responsabilité collective dans la presse », coord. par Alain Rabatel et Roselyne Koren, in Questions de communication, 13, 2008, pp. 7-130.

8 Pour un aperçu de l’action du CLEMI, cf. Evelyne BEVORT, « L’éducation aux médias. Perspectives et limites d’un idéal 25 ans après la Déclaration de Grünwald », in Michel MATHIEN (dir.), Les jeunes dans les médias en Europe. De 1968 à nos jours, Bruxelles, Bruylant, 2009.

9 Code du travail, articles L.7111-1 à L. 7114-1.

10 CCIJP, 221 rue Lafayette, 75010 Paris : www.ccijp.net

11 Code du travail, article L. 7112-5.

12 Cf. site de la CCIJP : www.ccijp.net

13 Institut Français de Presse (1991), Les Journalistes français en 1990. Radiographie d’une profession / Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Jean-Pierre Marhuenda, Rémy Rieffel, Documentation française (CCIJP–SJTI).

14 Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Rémy Rieffel Les Journalistes français à l’aube de l’an 2000. Profils et parcours.- Université Panthéon-Assas / Paris II, LGDJ,Paris, 2001.

15 Christine Leteinturier (dir.), Acteurs et marchés des médias : la production journalistique et son environnement – le cas de l’information générale et politique. 1990/2010. Contrat ANR, décembre 2009, Le Temps des Médias, n° 14, 2010, pp. 273/290.

16 Cf. site de l’INSEE : www.insee.fr

17 Cf. site DGMIC : www.dgmic.culture.gouv.fr. La DGMIC remplace depuis la fin 2009 la DDM - Direction du développement des médias qui était, elle, rattachée directement aux services du Premier ministre.

18 Cf. site de l’observatoire des métiers de la presse : www.metiers-presse.org : Photographie de la profession de journalistes, mai 2009.

19 Cf. site de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de l’audiovisuel : www.observatoire-av.fr. Lancement d’une étude sur la situation des journalistes de l’audiovisuel.

20 INSEE, « Enquête Emploi de 2007 » : le groupe « Cadres et professions intellectuelles supérieures » (15,5 % des actifs occupés) se répartit entre 9,3 % de 15/29 ans, 16,6 % de 30 à 49 ans et 18,3 % de 50 ans et plus.

21 Cf. Tableaux statistiques de la presse. Résultats détaillés de 1985 à 2007, Direction du Développement des Médias, Chiffres clés de la presse, 2009.

22 Cf. Francine AIZICOVICI, « Comment en finir avec les abus des stages en entreprise ? », Le Monde, 19 juin 2010, pp. 12.

23 Cf. Observatoire des métiers de la presse, op. cit.

24 Cf. Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Rémy Rieffel, 2001, op. cit.

25 Cf. Yannick Estienne Le Journalisme après Internet, L’Harmattan, Paris, 2008 ; ou Nicolas

PELISSIER, « Cyberjournalisme : la révolution n’a pas eu lieu », Quaderni, n° 46, 2002, pp. 5-27.

26 Cf. Frédéric LAMBERT, Camille LAVILLE (dir.), « Faut-il encore former les journalistes ? », Médiamorphoses, n° 24, 10/2008.

27 Cet agrément est délivré par une instance professionnelle rassemblant représentants du patronat et des journalistes, la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi des Journalistes (CPNEJ). Cf. aussi Ivan CHUPIN, « Sciences sociales et formations en journalisme : émergence d’un nouvel enjeu de distinction »,Questions de communication, n° 16, 12/2009.

28 Cf. Christine Leteinturier, Le Temps des Médias, op. cit.

29 Cf. Christine LETEINTURIER, « De jeunes journalistes trop formés et trop expérimentés ? », in Les Cahiers du journalisme, à paraître novembre 2010.

30 Cf. Dominique MARCHETTI, « Les marchés du travail journalistique », in Devenir Journaliste. Sociologie de l’entrée sur le marché du travail, Documentation française, 2001.

31 Données DDM (http://www.dgmic.culture.gouv.fr/). Chiffre d’affaires de la presse nationale d’information générale et politique (IGP) entre 2000 et 2008 : base 100 milliards € en 2000, 71,5 milliards € en 2008 ! Chute des recettes publicitaires de 1,78 milliard € en 2000 à 1,51 milliard € en 2008 !

32 Pour Le Monde en 2005 ; pour Libération, 2003 puis 2009 ; pour Le Figaro, 2003 puis 2009, etc.

33 Plan social à Canal + en 2003 ; Pôle région groupe Hersant/Dassault, janvier 2005 (Clause de conscience) ; Crise à Radio-France Internationale RFI ; Plan de départs volontaires au Monde en novembre 2005 – Rachat de France-Soir en avril 2006 et plan social – Plan social à Libération en juillet 2006 - Plan de départs volontaires à I-Télé en novembre 2007.

34 Entre 1990 et 1999, le pourcentage des journalistes employé dans l’audiovisuel est passé de 9,5 % à 12,4 %, soit à peine 3 % de hausse sur 10 ans ! En radio, l’augmentation n’a été que de 1 %, in Valérie Devillard, Marie-Françoise Lafosse, Christine Leteinturier, Rémy Rieffel, 2001, op. cit.

35 Cf. Yannick. Estienne, op. cit.

36 Idem,Devillard, LAFOSSE, alii (2001), op. cit. et Dominique Marchetti, op. cit.

37 Cf. site TNS-Sofres : http://www.tns-sofres.com/

38 Dans la suite de l’article cité de Michel MATHIEN (note 5), il n’y a pas de grands changements majeurs dans l’enseignement de l’éthique professionnelle.

39 Le Sommet mondial sur la société de l’information, dans ses étapes de Genève (2003) et de Tunis (2005), a été l’occasion de lever nombre de problèmes prévisibles de cette nature dans un contexte marqué par l’idéologie du capitalisme de l’électronique. Cf. Michel MATHIEN (dir.), La « société de l’information ». Entre mythes et réalités, Bruylant (coll. Médias, sociétés et relations internationales), Bruxelles, 2005, préface de Michèle Gendreau-Massaloux, Recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie ; Le Sommet Mondial sur la Société de l’Information et « après » ? Perspectives sur la cité globale, id., Bruxelles, 2007 ; ou Ethique de la « société de l’information », op. cit..

40 En date du 7 février 2009. Cf. aussi Michel MATHIEN, « Tous journalistes ! Les professionnels de l’information face à un mythe des nouvelles technologies », in Quaderni n° 72, Printemps 2010, pp. 113-125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Leteinturier-Laprise et Michel Mathien, « Une profession fragilisée : les journalistes français face au marché de l’emploi », Quaderni, 73 | 2010, 97-114.

Référence électronique

Christine Leteinturier-Laprise et Michel Mathien, « Une profession fragilisée : les journalistes français face au marché de l’emploi », Quaderni [En ligne], 73 | Automne 2010, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://quaderni.revues.org/455 ; DOI : 10.4000/quaderni.455

Haut de page

Auteurs

Christine Leteinturier-Laprise

Maître de Conférences de sciences de l’information et de la communication
Université de Paris II Panthéon Assas
Institut Français de Presse

Michel Mathien

Professeur de sciences de l’information et de la communication
Université de Strasbourg
Centre Universitaire d’Enseignement du Journalisme et Institut des Hautes études et Européennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org