Navigation – Plan du site
Politique

Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ?

Nicolas Pélissier et Serge Chaudy
p. 89-102

Résumés

L’objectif de cet article est de mettre en lumière le para­digme du journalisme participatif et citoyen sur Internet, en proposant une définition du phénomène, une analyse so­cio-historique relative à sa diffusion et les problématiques de recherche qu’il sous-tend. Trois questions articulent cet article : quelle sorte de rapport au peuple entretient cette forme de journalisme ? Les TIC renouvellent-elles en profondeur ce rapport ? Les pratiques de JPCI favori­sent-elles davantage le journaliste ou le citoyen ? Nous montrerons que le JPCI consiste en un appel au peuple « intelligent » par des techniques éprouvées par la presse populaire hier et aujourd’hui. Nous verrons que cet appel est une tentation récurrente dans l’histoire du journalisme. En conclusion, il est bien difficile de trouver un « peuple » (au sens des catégories sociales les plus défavorisées) dans cette activité de production de discours et de normes sociales contrôlée par les journalistes professionnels.

Haut de page

Texte intégral

1L’émergence d’une nouvelle génération de sites Web relevant d’une dynamique d’innovation ascendante (Cardon et Delaunay-Teterel, 2006) a contribué à fonder de nouveaux territoires de la communication, de l’information et du journa­lisme. De nouvelles pratiques éditoriales et socio­techniques sont alors apparues, à l’image de celle qui retiendra ici notre attention : le journalisme participatif et citoyen sur Internet (JPCI).

Définition et appréhension du journalisme participatif et citoyen sur le Web

  • 1 S. Bowman et C. Willis, We the Media: How Audiences are Shaping the Future of News and Information, (...)
  • 2 Op. cit.

2Celui-ci est défini par Shayne Bowman et Chris Willis1 comme l’action de citoyens « jouant un rôle actif dans les processus de collecte, repor­tage, analyse et dissémination de l’information d’actualité ». Ces auteurs montrent en effet que les innovations apportées par les usagers ont consisté à développer les aspects participatifs, contributifs et communautaires du réseau : le récepteur d’une information peut désormais être émetteur et devenir un média. L’objectif assi­gné à cette participation est des plus louables : « fournir les informations indépendantes, fiables, précises, diverses et appropriées, nécessaires à une démocratie »2.

  • 3 « Cette voie expressiviste fait écho à la revendication originelle des médias autonomes américains, (...)

3De fait, les discours accompagnant le développe­ment de ces nouvelles pratiques informationnelles n’ont pas manqué, tour à tour alternatifs (« Ne haïssez pas les médias. Devenez un média. »3), utopistes (« tous journalistes ! »), déterministes ou alarmistes (« La presse sans Gutenberg », « Le spectre d’un monde sans journaliste »…). Ils tra­duisent une prise de position critique des médias participatifs à l’égard des médias de masse qui ne détiennent plus le monopole de la production de l’information, appelant ainsi à l’expression citoyenne dans un souci de libéralisation de la pa­role profane dans l’espace public (Trédan, 2007). En sens inverse, on constate souvent une certaine méfiance, voire hostilité, des professionnels des entreprises de presse à l’égard de ces discours et pratiques.

4Des transitions ont été notables, inscrivant ce phénomène récent dans une relation à double sens : du journaliste citoyen, dont l’exercice est la manifestation d’une responsabilité civique, vers le citoyen journaliste, dont les pratiques sont de plus en plus encadrées (chartes éditoriales, comi­tés de rédaction…), les informations et contenus coproduits. Le JPCI s’articule alors autour d’un double principe : la mixité entre professionnels et amateurs, dite « pro/am » (De Rosnay et Révelli, 2006) et le vote du public, qui compose de plus en plus sa propre hiérarchie informationnelle, en vertu du principe de la folksonomy et par le système des tags (voir Jenkins, 2006).

La diffusion d’un phénomène récent

  • 4 Denis Ruellan, Colloque Comunicação, História e Política, Natal (Brésil), 9 octobre 2007. http://ww (...)
  • 5 Libération ne parvint pas à mettre en œuvre durablement ce projet de journalisme ordinaire et de l’ (...)

5La première expérience significative et d’en­vergure de JPCI revient à OhmyNews, journal en ligne sud-coréen lancé le 22 février 2000 et souvent qualifié de précurseur du journalisme citoyen sur Internet. Les internautes doivent à ce site le célèbre slogan politique et publicitaire « Every citizen is a reporter ». La particularité du journal est de diffuser des informations éla­borées par des journalistes professionnels (plus de trente à la rédaction) mais également par des citoyens amateurs. Comme le rappelle Denis Ruellan4(2007), cette volonté de faire collaborer professionnels et amateurs dans la production de l’information n’est pas nouvelle : « En France, on lisait dans le manifeste qui présida à la création du quotidien d’extrême gauche Libération en 19735 : Libération, c’est vous ! Libération n’est pas un journal fait par des journalistes pour des gens, mais un journal fait par des gens avec l’aide des journalistes ».

6Cette idée de journalisme citoyen est reprise en Californie (Silicon Valley) par Dan Gillmor, qui publie en 2004 un best-seller critique à l’égard des médias traditionnels. Ce livre cherche à démon­trer que les internautes, plus spécialement dans la blogosphère, disposent avec le Web de nouveaux moyens de reprendre une partie du pouvoir sur la sphère médiatique. Le titre de l’ouvrage, « We the Media : Grassroots journalism by the people, for the people », constitue un véritable appel à un journalisme indépendant, « fait par et pour le peuple ». Il évoque fortement les premiers termes de la Constitution des États-Unis et le discours de Barack Obama prononcé le 4 novembre 2008 à Chicago, suite à son élection à la présidence des États-Unis : paraphrasant Abraham Lincoln, Obama promet alors « un gouvernement du peu­ple, par le peuple et pour le peuple ».

  • 6 Voir sur ce point le numéro 21 de la revue Médiamorphoses, « Web 2.0 ? Cultures numériques, culture (...)

7En 2005, Dan Gillmor, fort de son expérience de journaliste et du succès de son ouvrage, lance le site participatif Bayosphere, « of, by and for the Bay area » (« de, par et pour la région de la baie de San Francisco »). L’expérience prend fin un an plus tard, faute de modèle économique viable, mais elle rencontre un large écho dans les médias traditionnels. Très vite, des dispositifs similaires se développent sur la toile. L’influence des théories de la cyberculture (Castells, 1998 et 2001, Rheingold, 2005) et de l’idéologie « Web 2.0 »6 y est très notable.

  • 7 Cette logique du crowd sourcing ou enquête collective est très répandue aux États-Unis. Elle a été (...)

8La première initiative française de JPCI revient à Agoravox, apparu sur la toile en 2005. Lancé par le consultant en veille informationnelle Carlo Revelli et le futurologue Joël de Rosnay, très inspiré par Rheingold,Agoravox ne s’inscrit dans la tendance de mixité « pro/am » que plus tardi­vement et seulement dans l’exercice de crowd­sourcing, ou enquête collective, initié en 2006. Le principe du site est que « chaque citoyen peut devenir un reporter et témoigner de son temps ». Selon ses promoteurs, « plus les contributions sont nombreuses, plus on a de chance de cap­ter l’information importante »7. Ce principe de mixité est désormais très présent en France, avec les initiatives notables des sites Rue89 (fondé par trois anciens journalistes de Libération en 2006), Desourcesure (création d’un ancien rédacteur du Nouvel Économiste) racheté en septembre 2008 par Bakchich Info (apparu en mai 2006), ou en­core Mediapart (initié fin 2007 par Edwy Plenel, ancien directeur de la rédaction du Monde)…

Tendances actuelles

9Ces tendances relèvent de stratégies de diversi­fication des produits éditoriaux, conçus comme généralistes (Rue89, Agoravox…) ou spécialisés (Desourcesure, Backshish, Streetreporter, Cafeba­bel, Vudesquartiers…). En France, les sites créés semblent suivre l’exemple de Ohmynews, qui dé­multiplie son offre dès 2005-2006 en opérant une segmentation géographique et linguistique avec la création d’une version internationale en langue anglaise et une version japonaise. Dans la même optique, on voit apparaître côté français un site international en version anglaise (chez Agoravox et Rue 89) et en espagnol. On assiste par ailleurs au lancement du portail Vox, qui répond à une stratégie de spécialisation : NaturaVox (médecine naturelle, alimentation et environnement), Spor­tVox, CareVox (santé, bien-être). À noter aussi le lancement d’Eco89 (spécialisé en économie) ou de Marseille89 (informations locales), etc.

  • 8 Ancien président de France 3.
  • 9 Marc Tessier envisage d’ailleurs dans son rapport la possibilité de rémunérer certains journalistes (...)

10Les modèles économiques de ces sites diffèrent (gratuité, publicité, abonnements, mécénat, spon­soring...). Cependant, ils intègrent tous la partici­pation des lecteurs-auteurs. Ainsi, le phénomène connaît une légitimité croissante auprès de la profession, qui s’exprime notamment à travers la reprise de sujets par les médias classiques. Il intéresse également les pouvoirs publics, qui s’interrogent sur l’élaboration d’un statut pour les auteurs. En ce sens, le rapport Tessier8, rendu en février 2007 au ministre de la Culture et de la Communication et intitulé La Presse au défi du numérique, souligne que le développement des médias citoyens « s’accompagne d’un rap­prochement des méthodes et des règles qui sont généralement appliquées par les journalistes pro­fessionnels et donc d’une certaine convergence dans le fonctionnement des sites, qu’il s’agisse de sites gérés par les entreprises de médias ou de sites fondés sur l’intervention de non profes­sionnels »9. De nombreux sites ont d’ailleurs mis en place des dispositifs qui s’apparentent à ceux des professionnels : comité de rédaction pour en­cadrer les pratiques, choisir les articles et vérifier la véracité des informations, élaboration de codes de déontologie, mise en place d’une politique éditoriale ou ligne rédactionnelle…

  • 10 7-9 mars 2007 à Lille.
  • 11 Titre d’un article de Philippe Allienne, Le Monde, 11/03/07.

11Le phénomène prend une telle ampleur que certains professionnels, notamment à l’occasion des « Assises internationales du journalisme »10, s’inquiètent de voir se dessiner « Le spectre d’un monde sans journaliste »11. La recherche de stratégies pour garantir et certifier la qualité des informations en ligne est désormais à l’ordre du jour. Ainsi, l’idée de labellisation de l’infor­mation, déjà évoquée en 1997 dans le rapport Bourdier sur la presse et le multimédia, est à nouveau mise en discussion.

Un objet problématique

12Ces clarifications liminaires apportées, il convient de souligner et de formaliser les différentes ques­tions de recherche soulevées par le JPCI. Nous en retiendrons trois : quelle sorte de rapport au peuple entretient le JPCI ? Les TIC renouvellent-elles en profondeur ce rapport ? Les pratiques de JPCI favorisent-elles davantage le journaliste ou le citoyen ?

13Pour répondre à ces questions, il nous est apparu pertinent d’adopter une double méthode reposant sur une analyse de contenu des rubriques identi­taires des sites retenus dans le corpus et sur une analyse esthétique du dispositif de mise en forme de ces mêmes sites. Celle-ci implique l’étude des rubriques, titres, illustrations, procédés graphi­ques et nouveautés technologiques de participa­tion, de référencement, de sollicitation…

14Pour déterminer le corpus, nous avons retenu les principaux sites français de journalisme participa­tif et citoyen, et y avons rajouté le site québécois Centpapiers pour avoir un point de comparaison euro-américaine : les pages institutionnelles de présentation de Agoravox (www.agoravox.fr), Rue89 (www.rue89.com), Bakchich Info (http:// www.bakchich.info/), Street Reporters (www. streetreporters.net), Desourcesure (www.desour­cesure.com), Mediapart (www.mediapart.fr) et Centpapiers (www.centpapiers.com) ont ainsi été analysées en octobre-novembre 2008.

15Notre analyse nous conduit d’abord à montrer que le JPCI consiste en un appel au peuple « intelli­gent » par des techniques éprouvées par la presse populaire en des temps plus anciens et actuels. Ensuite, nous verrons que cet appel est une ten­tation récurrente dans l’histoire du journalisme. Enfin, nous conclurons qu’il est bien difficile de trouver un « peuple » (au sens des catégories sociales les plus défavorisées) dans cette activité de production de discours et de normes sociales contrôlée par les journalistes professionnels.

Un appel au peuple « intelligent » par des tech­niques éprouvées par la presse populaire

Un contenu « révolutionnaire »

16Dans un contexte de crise de la représentation (Bougnoux, 2006), en tant que remise en cause du lien entre représentant et représenté, journaliste et lecteur, le JPCI émet un véritable discours de rupture : « TF1, c’est fini, c’est vous qui la faites » (Street Reporter) ; « Mediapart cherche à inventer une réponse aux trois crises qui minent l’info en France » ;» jeter par-dessus bord toutes les pratiques et les habitudes qu’on enseigne depuis des lustres sans trop savoir pourquoi » (DSS) ; « projet journalistique indépendant, qui ne dépend d’aucun groupe industriel » (Rue89) « tout citoyen est (…) capable d’identifier en avant-première des infos difficilement accessibles et ne bénéficiant pas de couverture médiatique » (Agoravox), etc.

17De fait, les dispositifs s’inscrivent presque tous dans une contestation de l’hégémonie des médias traditionnels sur l’information et proposent une information marginale dans laquelle les profes­sionnels œuvrent à nouveau pour la démocratie aux côtés des citoyens.Ainsi, les journalistes sont présentés comme étant au service du peuple et du débat public : « la philosophie de Mediapart s’inspire de la radicalité démocratique de la trop méconnue déclaration des droits de l’homme de 1793 (…) Il est donc un lieu de liberté placé sous votre responsabilité de citoyen » ; « Rue 89 ne se contente pas de critiquer, il est toujours à la recherche de solutions et se propose d’aider à sa mise en œuvre » ; « La rédaction est là pour vous aider » (Street Reporter).

18Le peuple-source (crowdsourcing) apparaît alors comme une nouvelle légitimité : « quiconque peut devenir rédacteur d’Agoravox indépendamment de ses orientations. (…) Chaque citoyen peut se transformer en véritable reporter (…) Participer au projet Agoravox est un devoir citoyen » ;» les lecteurs ont la liberté de faire vivre le débat (…) de l’organiser dans leurs éditions collectives et de le prolonger depuis leurs blogs individuels » (Mediapart) ; « La Rue est à Vous » (slogan et rubrique Rue89), etc.

19Ainsi, il semble s’agir d’une révolution techno­politique au service du « peuple intelligent » : « un site d’information conçu pour Internet, non adossé à un média traditionnel (…) une nouvelle aventure au cœur de la révolution en cours de l’information » (rue89) ; « chaque citoyen devient un maillon éthique du réseau en utilisant les outils de recherche et les logiciels intelligents (…) c’est un peer-to-peer éthique mobilisant les forces de millions d’internautes à l’image des nombreux programmes scientifiques qui utilisent la puis­sance de calcul des PC des internautes pour lutter contre le Sida et le cancer » (Agoravox), etc.

Le dispositif : influence des techniques formelles de la presse populaire

20L’analyse des rubriques « Qui sommes-nous ? » fait état d’une certaine homogénéité ou proximité tant au niveau de la prise de position des journaux participatifs par rapport aux médias classiques qu’au niveau de l’appel à la participation des lecteurs-auteurs. En revanche, l’analyse des dispositifs à partir de leurs catégories ou rubriques, titres, illustrations et technologies employées, fait apparaître l’influence notable des techniques formelles de la presse populaire et du marketing, expressions de stratégies bien spécifiques.

21En effet, l’étude des dispositifs à partir de leurs baselines (ou slogans) et choix esthétiques est évocatrice en terme de positionnement et de rap­port au peuple. Agoravox (« le média citoyen ») et Centpapiers (« le média libre ») semblent ainsi s’adresser à une cible large. Streetrepor­ters, bien qu’inscrit sur le même créneau (« site d’info participatif et indépendant ») opère une segmentation par âge en s’adressant à un public plus jeune (« C’est le journal de notre généra­tion ») ; sa rédaction se présente alors comme un outil d’aide aux citoyens reporters (« on est là pour vous aider »).

22Revendiquant aussi une vocation généraliste, Rue 89 (« La rue est à vous » ; « L’information à trois voix : Journalistes, experts, internautes ») vise une cible très large. En jouant à la fois sur des arguments de compétences et d’autorité liés à la présence et à l’encadrement des contributions par des journalistes professionnels, sur un ton décalé et sur une mise en page plus attrayante, son offre éditoriale apparaît cependant plus ci­blée par le marketing que celle des sites évoqués précédemment.

23Bakchichet Desourcesure (« informations, en­quêtes et mauvais esprit »), quant à eux, s’inscri­vent davantage dans la lignée de Hara Kiri (dont le slogan était « le journal Bête et méchant »), de Charlie Hebdo et du Canard Enchaîné. Le ton est cynique, satirique voire outrancier. La segmentation relève plus d’une catégorisation socioprofessionnelle.

24Enfin, Mediapart comporte sa base line dans son titre : « média à part ». De fait, il se définit comme un « journal en ligne d’information géné­raliste, s’adressant à une clientèle que ni l’offre papier existante ni l’offre en ligne ne satisfont aujourd’hui ». Le site de Mediapart ressemble fortement, au plan graphique, à celui du quotidien Le Monde. On constate un ciblage par catégorie socioprofessionnelle (conforté par le choix d’un modèle économique payant) et par âge, avec un ciblage vers les digital migrants des CSP moyen­nes et supérieures encore habitués au format papier. Le rapport au peuple est toutefois très explicite : « Le Club de Mediapart entend s’ins­crire dans la tradition des Clubs où fut énoncé et discuté l’idéal démocratique. En souvenir de ces Clubs révolutionnaires, de celui des Cordeliers à celui des Jacobins, la philosophie de Mediapart s’inspire de la radicalité démocratique de la trop méconnue Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793, inscrite en préambule de la Constitution instituant la première République française. »

  • 12 Titre de la Une du mercredi 12 novembre 2008 : « Sarko : roublard même le 11 novembre ».

25Le marché de l’information participative et ci­toyenne apparaît donc concurrentiel, segmenté et différencié. Les sites de JPCI s’attachent à se démarquer à la fois des médias classiques mais également les uns des autres. Par exemple, Agoravox donne la primeur à la citoyenneté. Les couleurs choisies (bleu, blanc, rouge) nous renvoient aux notions de patrie et d’appartenance. Le site s’inscrit dans un mouvement contesta­taire à l’encontre des médias traditionnels et des leaders politiques dominants12. Le site apparaît moins marqueté que Rue89, mais il revendique une dimension plus communautaire avec notam­ment des catégories « auteurs du jour » (avec photo, CV et articles publiés), des sondages et dispositifs de vote et surtout la possibilité à un rédacteur de plus de quatre articles de participer à la modération. La diversification et la spécia­lisation apparaissent alors dans le système de metatags présentés sous forme des réseaux Vox, organisés selon une diversification thématique, géographique (MediumForYou pour la Belgique, Agoravox.com pour l’international) ou technolo­gique (AgoraTV). Les aspects libertaires du site se retrouvent aussi dans les rubriques (comme « de­venez rédacteur »), dans l’utilisation exclusive de technologies de logiciels libres et au niveau de la prise de position « pronétaire » qui en ré­sulte. La rubrique « les rendez vous de l’agora » permet chaque semaine au public de dialoguer avec des experts (journalistes, chercheurs et écrivains) pour comprendre le monde… Le site est sobre (couleurs plutôt froides), organisé et aéré ; son objectif affiché est de promouvoir la liberté d’expression (Fondation Agoravox), alors que le non-respect de la charte et des consignes éditoriales peut conduire le comité de rédaction à refuser un billet.

26Rue89 propose une mise en page radicalement différente : sujets centraux, agrémentés d’illustra­tions et de sujets vidéo, entourés par des rubriques plus jeunes et décalées nous renvoyant alors aux canons du journalisme populaire et de la presse magazine de type Marianne, Paris Match, En­trevue… Ces rubriques (« À chaud », « Top89 », « Zapnet vidéos et des bas », « Passage à l’acte », « Gonflés à blog », « La vigie », « Sarkoscope », etc.) s’entremêlent à un rubriquage plus tradi­tionnel (« Monde », « Politique », « Société », « Hi-tech », « Médias », « Culture » mais aussi deux nouvelles rubriques plus spécialisées déjà évoquées : « Eco89 » et « Marseille89 »). Ce positionnement est renforcé par la catégorie « La rue est partout », qui offre à l’internaute un éven­tail de nouvelles technologies pour le fidéliser (abonnement à la newsletter et au fil RSS du site, version mobile sur i-phone et autres widgets…). La volonté de séduire un public très large met en exergue un discours populiste pourtant bien éloigné des conditions de publication. Le recours à des titres chocs, la scénarisation de l’informa­tion (avec systématiquement une illustration photographique), la dramatisation, la couleur rouge qui est très présente, les « Best of » vont dans le sens d’une scénarisation sensationnelle de l’information (voir Mouillaud et Tétu, 1989, Awad, 1995)..

27Bakchich.Info a également parié sur une identité visuelle et rédactionnelle différente. Le site ne propose pas de photographies sur la page d’accueil pour illustrer ses billets mais exclusivement des dessins et caricatures. Néanmoins, il s’est diver­sifié avec le rachat de DesourceSure. Désormais, dans une logique de rich media, Bakchich propose de la vidéo. Les rubriques sont non convention­nelles et marquées politiquement. On relève par exemple Sarko & Cie (« Sarkoland », « Gauche Tarama »…), « Bigbizness », « Filouteries », « Pipoleries »… Les nombreux gallicismes à vocation humoristique (comme « Niouzletter ») visent un rapprochement avec le public (« Sites chouchou », « Rififi sur l’actu »…). Provocants, ils paraissent aussi vouloir défendre la langue française et mettre en avant, comme dans la presse populaire, le sensationnel, les scandales, le people… Bakchich se voudrait le poil à gratter de la sphère médiatique. Au cours de nombreux entretiens avec des journalistes professionnels, il a été fréquemment cité depuis deux ans comme le site osant diffuser des informations censurées par les autres médias. La rubrique « Lutte », en ce sens, constitue un véritable appel, même s’il reste très théorique, à la révolte populaire.

L’appel au peuple comme tentation récurrente dans l’histoire du journalisme

28Les objectifs sociopolitiques du JPCI n’ont en effet rien d’inédit, et il nous apparaît nécessaire de démystifier les discours prétendument « révo­lutionnaires » de leurs promoteurs plus ou moins inspirés. C’est du moins ce qu’atteste un rapide regard rétrospectif sur l’histoire du journalisme et de ses penseurs.

29Si l’on se réfère par exemple à la période de la révolution française, la figure d’un journalisme faisant « appel au peuple » est déjà présente. Le sociologue Cyril Lemieux (1992), qui s’appuie sur les travaux de Pierre Rétat et de Roger Char­tier, la retrouve dans celle du jacobin Marat et de son célèbre journal L’Ami du Peuple. Cette figure s’oppose à celle du légaliste Barrère, qui évoque la retenue du gazetier trop proche de ses sources institutionnelles à savoir le Parlement. Marat, lui, représente les journalistes-écrivains-patriotes : « c’est dans la notion de peuple qu’ils trouvèrent le point d’appui qui allait justifier leur accession, exempte de toute caution légale, à la parole pu­blique » (Lemieux, 1992, p. 34). Comme l’écrit Cyril Lemieux : « point de repos pour ces jour­nalistes sentinelles ou amis d’un peuple auquel ils sacrifient tout ce qu’ils ont » (op. cit., p. 35). Le citoyen Marat, au nom du peuple, demande des comptes à ses représentants et revendique un « empire censorial » (Camille Desmoulins), qui constitue bien, dès la fin du XVIIIe siècle, une forme alternative de l’excellence journalistique qui s’oppose à une forme plus routinière, révé­rencieuse et institutionnelle.

30Au siècle suivant, le développement d’une presse populaire, qui a appelé l’attention de nombreux historiens des médias (voir notamment Kalifa, 1995 ou Delporte, 1999) oblige les entreprises de presse à intégrer davantage, dans leurs discours, les aspirations des catégories les plus sociale­ment défavorisées, comme le montre notamment le travail de Sandrine Lévêque (2000) sur les journalistes traitant des questions sociales. Le développement de nouveaux genres, tels que l’information utilitaire, le courrier des lecteurs, les jeux ou les faits divers (Kalifa, op. cit.) vont dans ce sens. Aux États-Unis, les pratiques de muckracking (Hunter, 1997), qui perdurent dans la première moitié du XXe siècle, représentent quant à elles une forme de justicialisme obligeant les puissants à rendre des comptes à la société par l’intermédiaire de journalistes d’investigation se présentant souvent comme des héros issus et proches du peuple.

  • 13 Voir Louis Quéré, Des miroirs équivoques, Paris, Aubier, 1983.
  • 14 Voir Jean-Louis Weissberg, Présences à distance : pourquoi nous ne croyons plus la télévision, Pari (...)

31Plus récemment, les événements de mai 1968 ont suscité, en Amérique du Nord puis en Europe, un mouvement social débouchant sur la revendica­tion de médias communautaires et alternatifs. Dans le domaine de la presse écrite tradition­nelle, ce mouvement a eu peu de conséquences, en dépit de quelques tentatives avortées (voir à nouveau Libération et son slogan participatif) et de la mise en place, dans certaines entreprises de presse, d’une dynamique plus participative sous la forme des sociétés de rédacteurs. Mais ces dernières représentent surtout un processus interne à la profession, les « sociétés des amis et lecteurs » censées allumer des contre-feux par rapport au pouvoir financier (Martin, 1991), étant essentiellement constituées de et par l’élite journalistique. En revanche, dans le domaine de l’audiovisuel de proximité, les expériences inno­vantes, dont certaines se sont pérennisées, n’ont pas manqué. On peut mentionner à ce sujet le programme « Challenge for Change » au Canada (Proulx et Lafrance, 1989), le développement du réseau des Vidéos de Pays et Quartiers en France (Pineau, 1993) ou des « canaux ouverts » en Allemagne, avec des programmes de télévision réalisés par les téléspectateurs eux-mêmes dans leurs immeubles. Le projet politique de certains de ces médias audiovisuels communautaires, por­tés par une gauche libertaire marquée par les idées d’autogestion mais aussi une frange progressiste du christianisme (au Québec par exemple ou en Amérique du Sud), ressemble à s’y méprendre à celui revendiqué aujourd’hui par nombre de sites de JPCI : promotion d’une contre-information par rapport aux médias mainstream, activation d’un débat public jugé trop ronronnant et atone, intervention sociale et éducation populaire, possibilités données aux auditeurs (émissions de « libre-antenne ») et aux téléspectateurs de participer aux programmes et même de les animer, promotion du dialogue interculturel, interconfessionnel et des identités locales et régionales13. Aujourd’hui encore, dans un pays comme la France, de tels médias existent encore, sous la bannière notamment du mouvement des radios associatives et communautaires relevant du « secteur A » du Conseil Supérieur de l’Audiovi­suel. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs pour slogan « une radio faite par les auditeurs et pour les auditeurs ». Les animateurs de sites web de journalisme participatif oublieraient-ils ce qu’ils doivent à leurs aînés de l’audiovisuel ? Cela irait à l’encontre d’un autre leitmotiv, fort répandu chez les prophètes de la révolution 2.0 : celui de la « Fin de la télévision »14.

32Dans les années 1980-1990, la crise économique tempère les utopies autogestionnaires et donne plutôt la prime aux promoteurs d’un néo-capi­talisme soucieux de « responsabilité sociale ». Ce dernier, issu d’un libéralisme politique plus classique d’inspiration française et nord-améri­caine, reprend à son compte le désir de partici­pation citoyenne porté par ces utopies, sans pour autant remettre en cause l’économie de marché et la démocratie libérale. Dans le domaine des entreprises de presse, cette doctrine s’incarne dans le mouvement du public journalism, porté à la fois par certains éditeurs de presse soucieux de retrouver leur légitimité sociale (mais aussi de ga­gner des parts de marché) et certains théoriciens des médias eux-mêmes acteurs engagés dans ce mouvement (Charity, 1995, Meritt, 1995, Rosen, 1999). Les principes du journalisme public, dont les idées sont promues avant même le succès des sites web d’information, sont résumés ainsi par Thierry Watine, l’un des observateurs les plus at­tentifs de ces pratiques au Canada : « les journa­listes ont un rôle décisif à jouer dans le cours de la vie publique (…) ; ils peuvent agir comme des catalyseurs de changement en stimulant la culture civique des individus afin de trouver une parade au cynisme ambiant ; les citoyens attendent de leurs médias que ces derniers leurs donnent de nouvelles raisons d’espérer… » (Watine, 1996, 37). Cependant, les nombreuses études de cas réalisées en Amérique du Nord sur les nouvelles pratiques « citoyennes » des entreprises de presse montrent également le poids des stratégies de marketing et de communication corporate dans la mise en œuvre de ces nouvelles pratiques (voir Watine et Beauchamp, 2000, sur le quotidien québécois Le Soleil). En France, les résultats des travaux menés par exemple par Jacques Le Bohec (2000) et Patrick Champagne (2000) vont dans le même sens. Dénonçant l’usage d’une rhétorique d’entreprise citoyenne à des fins de promotion commerciale et de relations publiques, ils font explicitement référence aux positions théoriques de Pierre Bourdieu, selon lequel l’idée de respon­sabilité sociale du journaliste, qu’il promeut de ses vœux dans le sens d’un « alterjournalisme » engagé au service de la lutte contre toutes les formes d’injustice, reste incompatible avec la doctrine libérale de la presse, voire avec une ap­proche compréhensive des fautes journalistiques valorisant une critique et une morale internes à la profession comme solution privilégiée aux dérapages de celles-ci.

33Mais si les journalistes manquent à leurs devoirs citoyens, la communauté des amateurs, lecteurs vigilants et autres citoyens-journalistes du Web n’est-elle pas là, justement, pour les leur rap­peler, en constituant un « cinquième pouvoir » charger de surveiller le quatrième (Grilo et Pélissier, 2006) ? Et ce « cinquième pouvoir », qui revendique l’authenticité du peuple (idée de « pronétariat » de Joël de Rosnay), est-il vrai­ment populaire ?

Les relations au public-source : un peuple introuvable ?

34Les tendances de production participative de l’information vont plutôt dans le sens de la réifi­cation du public, source de re-légitimation : « ces nouveaux modèles proposent principalement une reconfiguration de la médiation, avec des logiques de réification des catégories du « jour­nalisme » et du « citoyen », pour légitimer une identité professionnelle en canalisant des écrits « citoyens » vers des arènes de débat public » (Trédan, 2007).

35En encadrant les pratiques par des chartes de rédacteurs, des guides et consignes en écriture, en influençant les producteurs sur les choix de formats et de genres, en filtrant les propositions de contributions et en conservant ce qui ressemble le plus aux canons du journalisme, la profession de journaliste montre qu’elle souhaite garder le contrôle sur la production de l’information. Les textes qui s’apparentent le plus à des articles journalistiques s’insèrent dans des rubriques et renforcent la proximité avec le travail journalisti­que. Les rédactions des sites participatifs réalisent de facto un travail éditorial en sélectionnant et en hiérarchisant l’information.

36Agoravox, par exemple, soumet une proposition d’article à trois filtres : les modérateurs (les auteurs de plus de quatre contributions), l’équipe Agoravox et le lecteur qui pourra noter l’article. Comme le rappelle Olivier Trédan (op. cit.), le travail de cette entreprise est organisé et encadré par la société Cybion, spécialiste de la veille. Le poids des pratiques professionnelles y est donc important : voir la rubrique « Guide du journa­lisme citoyen, consignes en écriture ». Même si les procédures de publication sont plus souples que sur d’autres dispositifs, ne s’exprime pas celui qui le souhaite : « Derrière un discours sur la citoyenneté, les « foules intelligentes » et la démocratisation des procédés de publication, se noue une stratégie de légitimation d’une idéologie professionnelle, reposant tout parti­culièrement sur des savoir-faire spécifiques » (Trédan, ibid.).

Un public si peu populaire…

37Fort du même constat, Franck Rebillard (2007, p. 48) explique que « l’intervention des internautes sur le contenu n’est pas une pratique mineure, mais minoritaire » et qu’il s’agit d’« un épiphé­nomène et non un phénomène social généralisé »,qui de surcroît ne rassemble pas tous les individus qui composent une société. En effet, évaluer, noter ou commenter une contribution ne relève pas du travail journalistique. La figure du lecteur-auteur est donc rare dans la pratique. Des études ont été conduites sur Ohmynews (Kim et Hamilton, 2006) et sur Agoravox (Barbe, 2006) et montrent en effet le manque d’hétérogénéité socioprofes­sionnelle du JPCI. Dans la première étude, 23 % des citizen reporters sont des étudiants, 10 % travaillent dans la presse et les carrières artisti­ques… Dans la seconde, 8 % sont des journalistes, 7 % des étudiants, 6 % des blogueurs, 5 % des enseignants et professeurs, 4 % des consultants, 4 % d’ingénieurs, 2 % de chercheurs, docteurs ou doctorants… (Rebillard, 2007.) Ainsi, le poids des catégories CSP+ chez les contributeurs aux sites de JPCI apparaît prépondérant. La liberté d’expression populaire n’est que théorique, le peuple invoqué relevant davantage des élites in­tellectuelles et technologiques que des catégories sociales les moins favorisées.

Conclusion

38Le phénomène du JPCI ne manque pas d’intérêt pour le chercheur, le journaliste et le citoyen… à la condition de le démythifier. En effet, la ré­férence au peuple n’est souvent qu’un prétexte bien commode, un moyen de relégitimation d’une profession en crise. Cette instrumentalisation du peuple sur fond de révolution 2.0 s’inscrit bien dans un technopopulisme (Musso, 2003) dans l’air du temps, si l’on considère le populisme comme une stratégie visant à simplifier les rapports po­litiques en opposant une élite gouvernante aux gouvernés représentés indistinctement par « le peuple » (Laclau, 2008) et le technopopulisme comme l’adoption dans la vie professionnelle des technologies et usages jusqu’alors réservés à la sphère personnelle. Ainsi, le JPCI n’est pas tou­jours, loin s’en faut, « le journalisme du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

39Ce constat est à rapprocher d’un problème cen­tral : la profession de journaliste est déconnectée des catégories les plus défavorisées (Champagne, 1996), notamment en raison de sa formation de plus en plus élitiste. De fait, ce fossé grandissant conduit à une idéalisation et à une mythification d’un « peuple » qui n’en demande pas tant…

Haut de page

Bibliographie

ALLARD, Laurence et BLONDEAUX, Olivier, Dir., « Web 2.0 ? Cultures numériques, cultures expressives », Médiamorphoses, n° 21, septembre 2007.

AWAD, Gloria, Du sensationnel, Paris, L’Har­mattan, 1995.

BARBE, Lionel, « Wikipédia et Agoravox : des nouveaux modèles éditoriaux ? », Document numérique et société, Paris, ADBS, 2006, pp. 171-184.

BEAUCHAMP, Michel, WATINE, Thierry, « Journalisme public et gestion des enjeux so­ciaux », Communication, vol. 19, n° 2, 2000.

BOUGNOUX, Daniel, La crise de la représen­tation, Paris, La Découverte, 2006.

CARDON, Dominique, et DELAUNAY-TE­TEREL, Hélène, « La production de soi comme technique relationnelle », Réseaux, n° 138, 2006, pp. 15-72.

CASTELLS, Manuel, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998 et 2001.

CHAMPAGNE, Patrick, « le traitement média­tique des malaises sociaux », Les Cahiers du journalisme, n° 2, décembre 1996, pp. 8-16.

CHAMPAGNE, Patrick, « Le médiateur entre deux Mondes », Actes de la Recherche en Scien­ces Sociales, 131-132, mars 2000, pp. 8-29.

CHARITY, Arthur, Doing Public Journalism, New York, Guilford Press, 1995.

DELPORTE, Christian, Les journalistes en France (1880-1950) : naissance et construction d’une profession, Paris, Le Seuil, 1999.

GILLMOR, Dan, We the Media: Grassroots Journalism for the People, by the People, O’Reilly, 2004.

GRILO, Marcia et PÉLISSIER, Nicolas, « La blogosphère, un cinquième pouvoir ? », Réseaux, n° 138, 2006, pp. 159-184.

HUNTER, Mark, Le journalisme d’investigation, Paris, PUF, 1997.

JENKINS, Henry, Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York, New York University Press, 2006.

KALIFA, Dominique, L’encre et le sang, Paris, Fayard, 1995.

KLEIN, Annabelle, Objectifs blogs, Paris, L’Har­mattan, 2007.

LACLAU, Ernesto, La raison populiste, paris, Le Seuil, 2008.

LE BOHEC, Jacques, Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan, 2000.

LEMIEUX, Cyril, « La Révolution Française et l’excellence journalistique au sens civique », Politix, n° 19, 1992, pp. 31-36.

LAFRANCE, Jean-Paul, Le tiers-secteur et la télévision : étude sur les télévisions locales en Europe, Paris, CENT, 1989.

LÉVÊQUE, Sandrine, Les journalistes sociaux, Rennes, PUR, 2000.

MARTIN, Marc. Dir., Histoire et médias. Journa­lisme et journalistes français, 1950 -1990, Paris, Albin Michel, 1991

MERRITT, David, Public Journalism and Public Life, Hillsdale, Laurence Erlbaum, 1995.

MOUILLAUD, Maurice et TÉTU, Jean-François, Le journal quotidien, Lyon, PUL, 1989.

MUSSO, Pierre, Critique des réseaux, Paris, PUF, 2003.

PINEAU, Guy, Les Vidéos de Pays et de Quar­tiers, Brie-sur-Marne, INA, 1993.

REBILLARD, Franck, Le Web 2.0 en perspectives : une analyse socio-économique de l’Internet, Paris, L’Harmattan, 2007.

REVELLI, Carlo et DE ROSNAY, La révolte du pronétariat : des mass médias aux médias des masses, Paris, Fayard, 2006.

RHEINGOLD, Howard, Foules Intelligentes, Paris, M2-Editions, 2005.

ROSEN, Jay, What are Journalists for?, Yale University press, 1999.

TRÉDAN, Olivier, « Le ‘journalisme citoyen’ en ligne : un public réifié ? », Hermès, n° 47, 2007, pp. 115-122.

WATINE, Thierry, « Journalistes : une profession en quête d’utilité sociale », Les Cahiers du jour­nalisme, n° 2, décembre 1996, pp. 34-42.

Haut de page

Notes

1 S. Bowman et C. Willis, We the Media: How Audiences are Shaping the Future of News and Information, rapport commandé par The Media Center at the American Press Institute (www.mediacenter. org) et publié par J.D. Lasica. www.hypergene.net/ wemedia.

2 Op. cit.

3 « Cette voie expressiviste fait écho à la revendication originelle des médias autonomes américains, portée par Jello Biafra, chanteur punk des Dead Kennedys » (Allard et Blondeau, 2007, cf. infra).

4 Denis Ruellan, Colloque Comunicação, História e Política, Natal (Brésil), 9 octobre 2007. http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Ruellan_13­2007.pdf.

5 Libération ne parvint pas à mettre en œuvre durablement ce projet de journalisme ordinaire et de l’ordinaire, mais on retrouve celui-ci dans le projet éditorial de Rue89, site fondé par des anciens salariés de ce quotidien.

6 Voir sur ce point le numéro 21 de la revue Médiamorphoses, « Web 2.0 ? Cultures numériques, cultures expressives », septembre 2007, coordonné par Laurence Allard et Olivier Blondeau. Voir aussi F. Rebillard, Le Web 2.0 en perspectives : une analyse socio-économique de l’Internet, Paris, L’Harmattan, 2007.

7 Cette logique du crowd sourcing ou enquête collective est très répandue aux États-Unis. Elle a été probante notamment sur des blogs comme Talking Points Memo (http://talkingpointsmemo.com) ou TPM Muckraker (http://tpmmuckraker.com). Notons aussi que la première plateforme d’enquêtes citoyennes a été lancée par le magazine Wired et le site Newassignment.net (fondé par Jay Rosen). Selon eux, le principe collaboratif « pro/am » permet de réduire les coûts de production de l’enquête.

8 Ancien président de France 3.

9 Marc Tessier envisage d’ailleurs dans son rapport la possibilité de rémunérer certains journalistes citoyens. Selon lui, le statut du collaborateur est à rapprocher de celui du correspondant local de presse, régional ou départemental, qui exerce à titre accessoire une activité non professionnelle et béné ?cie d’un régime de cotisations sociales favorable. Selon la loi du 27 janvier 1993, « le correspondant local de la presse régionale ou départementale contribue, selon le déroulement de l’actualité, à la collecte de toute information de proximité relative à une zone déterminée ou à une activité sociale pour le compte d’une entreprise éditrice. Cette contribution consiste en l’apport d’informations soumises avant une éventuelle publication à la véri ?cation ou à la mise en forme préalable par un journaliste professionnel. » (rapport Tessier, p. 66).

10 7-9 mars 2007 à Lille.

11 Titre d’un article de Philippe Allienne, Le Monde, 11/03/07.

12 Titre de la Une du mercredi 12 novembre 2008 : « Sarko : roublard même le 11 novembre ».

13 Voir Louis Quéré, Des miroirs équivoques, Paris, Aubier, 1983.

14 Voir Jean-Louis Weissberg, Présences à distance : pourquoi nous ne croyons plus la télévision, Paris, L’Harmattan, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Pélissier et Serge Chaudy, « Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ? », Quaderni, 70 | 2009, 89-102.

Référence électronique

Nicolas Pélissier et Serge Chaudy, « Le journalisme participatif et citoyen sur Internet : un populisme dans l’air du temps ? », Quaderni [En ligne], 70 | Automne 2009, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://quaderni.revues.org/512 ; DOI : 10.4000/quaderni.512

Haut de page

Auteurs

Nicolas Pélissier

Maître de Conférences (HDR)
Université de Nice Sophia Antipolis

Serge Chaudy

ATER
Université du Sud Toulon Var

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org