Navigation – Plan du site
Communication

La chaîne de l’innovation : un dispositif communicationnel et organisationnel efficace de diffusion des savoirs au sein d’une technopole, le cas de Sophia-Antipolis

Franck Debos
p. 93-105

Résumés

À partir du modèle de la roue de la technopole (Smilor, Gibson et Kozmetsky, 1988), notre recherche envisage de proposer un dispositif intégrant de nouveaux acteurs permettant de mieux appréhender l’évolution du profil d’une technopole dans une société du savoir, centrée sur une véritable chaîne de l’innovation et qui doit, sur un territoire, rassembler tous les créateurs d’imaginaire. Il s’agit, dans ce contexte, d’esquisser des voies d’amélioration au fonctionnement d’une technopole en prenant le cas de Sophia-Antipolis. Nous tenterons de démontrer que le positionnement, la notoriété et surtout la philosophie fondatrice de cette technopole (Fertilisation croisée, Agora des connaissances) peuvent la prédisposer à devenir un modèle de référence en termes d’intégration et de développement de nouveaux processus et dispositifs d’innovation et de diffusion des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

1L’instauration de politiques publiques favorisant l’élaboration d’une véritable société du savoir nécessite de s’interroger sur la capacité à innover, à créer des concepts et à produire des idées.

2Lorsque l’on analyse les conditions du dévelop­pement d’une société du savoir, nous identifions la croissance et le partage des innovations, mais aussi la nécessité d’une polarisation territoriale à l’instar d’une technopole organisée efficacement pour créer une synergie entre ces facteurs afin de renforcer la communication inter-organisa­tionnelle.

3Le processus d’innovation doit être considéré comme une démarche complexe, collective et participative, intégrant l’ensemble des acteurs et parties prenantes internes et externes de l’entre­prise sur du long terme.

4Au sein des technopoles comme celle de Sophia-Antipolis, les lieux d’innovation devraient cor­respondre à des réseaux d’acteurs en interaction et être organisés autour de grands centres ou pôles d’excellence (ou encore de compétitivité) qui regroupent les entreprises, les structures pu­bliques (université, organismes et collectivités publics, sociétés d’économie mixte), les labo­ratoires (publics et privés), le milieu associatif, les start up, ainsi que les écoles d’ingénieurs, de designers, de commerce et d’art. Ces lieux d’innovation doivent ainsi créer des synergies entre des compétences et des formations com­plémentaires, notamment par l’intégration des TIC et une qualité organisationnelle croissante de ces différents acteurs. Il convient de préciser que par dispositif d’innovation nous entendons un concept organisationnel et culturel permettant de structurer la démarche d’innovation et créer des synergies entre ses multiples acteurs.

5Une question demeure : « dans le cadre de la création d’une société du savoir, comment y parvenir, comment communiquer et interagir de façon structurée autour de pôles d’excellence, de compétitivité rassemblant universités, entre­prises, laboratoires, start up, artistes, écoles de commerce et d’ingénieurs ? ».

6L’objectif de cette proposition consiste à esquisser dans ce contexte des voies d’amélioration au fonctionnement d’une technopole en prenant le cas de Sophia-Antipolis.

7À partir du modèle de la roue de la technopole développé par Smilor, Gibson et Kozmetsky en 1988, notre recherche envisage de proposer un dispositif intégrant de nouveaux acteurs qui permettent de mieux appréhender le nouveau profil d’une technopole dans une société du savoir, c’est-à-dire centrée sur une véritable chaîne de l’innovation et qui doit sur un territoire rassembler tous les créateurs d’imaginaire.

8Dans une première partie, nous présenterons les formes d’innovation et de R&D mises en place par les organisations et qui semblent les plus adaptées à la création d’une société du savoir.

9La partie suivante s’attachera à définir un dispositif de diffusion et d’organisation de l’innovation à partir du modèle de la roue de la technopole et de sa nécessaire évolution.

10Enfin, nous tenterons de démontrer que le positionnement, la notoriété et surtout la philosophie fondatrice de la technopole de Sophia-Antipolis (la fertilisation croisée, l’agora des connaissances) peuvent la prédisposer à devenir un modèle de référence au plan de la mise en place de ces nouveaux processus et dispositifs d’innovation au sein d’une société des savoirs.

Quels processus d’innovation pour une société du savoir ?

Cadre général de l’innovation

11À la lumière de l’histoire simplifiée des formes d’innovation, nous pouvons voir que les individus ont, soit une vision « romantique » de l’innova­tion avec l’image du génie, du créateur solitaire et héroïque qui perdure depuis la Renaissance (de Léonard De Vinci aux concepteurs de Hewlett Packard, de Google, très récemment de Face­book et plus généralement des start up), soit une vision hyper rationnelle de l’innovation en tant que processus linéaire développé par de grands laboratoires et centres de R&D liés au modèle fordien, où tout part de l’entreprise. Toutefois ces deux approches sont peu adaptées à une société centrée sur les services et la connaissance, se fondant de façon prépondérante sur les désirs et rêves des consommateurs.

  • 1  Gaston Bachelard, Psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, Folio, 1985.
  • 2  Elia GF, Bartolomei G, Citta della scienza.Il caso di Sophia-Antipolis, Bulzoni Editore, Roma, 199 (...)
  • 3  Lucien Sfez, Technique et idéologie, Paris, Seuil, 2002.

12En effet, et ce récemment, avec le fort déve­loppement du Web 2.0, véritable espace public mondial de création sur Internet, l’innovation partagée entre le concepteur et l’utilisateur se déplace toujours plus vers l’utilisateur final. Nous assistons à l’émergence d’une plateforme mondiale, ouverte et permanente d’innovation, une « cité mondiale créatrice » qui n’est pas sans rappeler la cité savante de Gaston Bache­lard1 que certains ont pu entrevoir au niveau de Sophia-Antipolis2, se substituant au chercheur ou au savant omniscient et solitaire. Il faut im­pérativement avoir une approche intégrative, voire holistique de l’innovation et se rapprocher de l’idée de « co-innovention » développée par Pierre Musso, qui insiste sur l’aspect partagé entre des acteurs nombreux et diversifiés, ou encore de « l’innovention »3 qui exprime le lien entre la science fondatrice qui invente et la technique servante qui innove.

  • 4  Everett Rogers, Diffusion of innovations, The Free Press, New York, 1995.

13Néanmoins, il faut également avoir présent à l’esprit que l’innovation n’est pas un phénomène naturel et qu’elle se heurte à des résistances d’ordre financier (coûts de R&D, tests tech­niques et prototypes, études de marché et pré commercialisation du produit, etc.), sociologi­que (chômage, délocalisations, manipulations génétiques, remplacement de l’homme par la machine avec le développement de la robotique, contrôle des individus comme l’illustre le débat sur certaines applications de la RFID, etc.) et psychologique (peur du changement, conserva­tisme, conséquences négatives sur l’individu). Le modèle de diffusion de l’innovation, mis en place par Rogers4, permet de bien visualiser les difficultés possibles d’une innovation au sein de nos sociétés développées.

  • 5  Norbert Alter, L’innovation ordinaire, PUF, collection Quadrige, Paris, 2001.
  • 6  Cf. Madeleine Akrich, « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation permanente », Éducation permanen (...)

14De plus, les innovations n’ont pas toutes la même nature et le même degré d’importance, ce qui se traduit par plusieurs typologies qui intègrent, par exemple, principalement des dimensions commerciales (nouveau conditionnement, produit réactualisé, produit de substitution et véritable nouveau produit) ou encore l’impact sur les struc­tures sociales d’accueil (innovation continue, continue dynamique, innovation discontinue ou encore de rupture). Nous pouvons également citer la classification d’Alter5 qui identifie l’innovation « ordinaire », qui correspond à la créativité des gens ordinaires dans la vie quotidienne6, les « astuces » déployées par les consommateurs dans le cadre de l’utilisation d’un produit ou d’un service, l’innovation incrémentale, conçue dans les services d’études et de recherches, qui est souvent une innovation de reproduction et qui demeure limitée (Internet à haut débit, SMS) et enfin, l’innovation de rupture ou stratégique, qui engendre un nouvel ensemble socioculturel et économique (TV, Mobile ou Internet).

La place de l’innovation ascendante dans la création et la diffusion des savoirs

15Nous pouvons identifier une pluralité d’inno­vation au sein des TIC (blogs, grands collectifs en ligne à l’instar de Wikipédia, syndication de contenus, podcasting, communauté de contenus, réseaux sociaux virtuels, wifi associatif, etc.).

16Dans ce contexte, une partie de l’innovation est ascendante, car elle provient des utilisateurs eux-mêmes et non des entreprises, via leurs centres de R&D, à l’instar du logiciel libre, qui est un processus d’organisation coopérative et bénévole.

  • 7  Jacques Tillinac, « Le Web 2.0 ou l’avènement du client ouvrier », Quaderni, n° 60, Éditions Sapie (...)

17Selon Jacques Tillinac7, cette forme d’innovation n’a pas pour origine les « premiers adopteurs », au sens du modèle de Rogers cité ci-dessus, qui sont des consommateurs aisés et technophiles, mais plutôt un utilisateur ayant peu de moyens et forcé de « bricoler » des solutions pour un problème pratique (souvent onéreux) en récupérant des idées sur le Net. Ces innovations technologiques ou de services sont ascendantes car elles proviennent des pratiques des utilisateurs et sont diffusées par Internet au travers de réseaux d’échanges entre usagers.

  • 8  Dominique Cardon, « Innovation par l’usage », in Ambrosi, A. Peugeot, V. Pimienta, D. dirs., Enjeu (...)

18Dominique Cardon, sociologue chez France Télécom R&D, distingue trois catégories ou « cercles » d’innovations ascendantes. Dans sa perception de l’innovation, un noyau d’innovateurs de petite taille va interagir avec un ensemble diffus, ou « nébuleuse » de personnes apportant du contenu à cette innovation. Pour finir un « cercle de réformateurs » redéfinit le projet originel et met en place des services associés8. Nous pouvons citer, en tant qu’exemple local, le cas de la société Zebulon.fr présente sur la technopole. Créée il y a 8 ans, cette TPE permet aux internautes d’échanger conseils et astuces pour optimiser l’utilisation des PC. Cet aspect de l’innovation, n’est pas toujours pris en compte dans le processus de R&D de l’entreprise.

  • 9  Gérard Calomili, Réussite d’inventeurs, Nice, Éditions Baie des anges, 2007.

19Dans le même ordre d’idées, il paraît important de créer des structures suscitant chez chaque personne, l’envie d’inventer, d’innover et d’entreprendre. Au niveau de Sophia-Antipolis, l’association Azur Innovation (qui siège dans les locaux de la délégation régionale de l’INPI et qui est membre de la fédération nationale des associations françaises d’inventeurs ou FNAFI) va favoriser le développement des inventions et leur lancement sur le marché par l’organisation de réunions, de forum et d’actions de mise en relation de ces « inventeurs consommateurs » avec des entreprises ou des capital risqueurs (Roland Moreno, l’inventeur de la carte à puce a fait partie d’Azur Innovation)9.

Vers un nouveau dispositif d’innovation et de diffusion du savoir issu de la roue de la technopole

Présentation du modèle et prolongements

  • 10  Raymond W. Smilor, David D. Gibson, George Kozmetsky, « Creating the technopolis: High technol­ogy (...)

20Smilor, Gibson et Kozmetsky identifient en 1988 quatre facteurs explicatifs importants au niveau du développement d’une technopole. Il s’agit de l’aboutissement d’une prééminence scientifi­que, du développement et du perfectionnement de nouvelles technologies pour des secteurs émer­gents, de la présence et l’attractivité de grandes entreprises leaders dans leurs domaines et pour finir, de la création d’entreprises endogènes. En prenant l’exemple de la technopole d’Austin au Texas, ces derniers développent le concept de la roue de la technopole, qui décrit le processus de développement en termes de haute technologie et de croissance économique d’une technopole10. Ce modèle met en lumière l’importance de cinq grou­pes d’acteurs et de leurs interactions, à savoir : la recherche universitaire, les grandes entreprises, les start up, l’État, les collectivités locales. Le plus important dans ce modèle est peut-être le rôle de personnes clés ou d’« influenceurs », à l’ins­tar de Pierre Laffitte (président de la Fondation

21Sophia-Antipolis et créateur de la technopole) qui vont ou devraient permettre de tisser les liens entre les cinq groupes d’acteurs.

  • 11  Cf. le paradoxe de la compétition-coopération d’Ouchi in William G. Ouchi, the M-Form society: How (...)

22Le modèle de la roue de la technopole insiste éga­lement sur la nécessité des liens entre recherche publique et privée, traditionnellement présentées comme concurrentes, en tant que catalyseur de ces différents acteurs11. La généralisation de ce modèle à d’autres technopoles et notamment

23Sophia-Antipolis, citée en exemple par les auteurs, requiert trois éléments importants. Dans un premier temps, une politique de développe­ment associant le gouvernement, les collectivités publiques, l’université et les entreprises comme pour les pôles de compétitivité. Il faut ensuite associer à ces différents acteurs la présence d’une recherche universitaire de premier plan, tant sur le plan conceptuel qu’au niveau des applications industrielles et domestiques. Troisièmement, un réseau de prescripteurs, de personnalités de haut niveau au plan universitaire, politique, ainsi que du monde des affaires.

  • 12  Patrice Flichy, L’innovation technique, Récents développements en sciences sociales. Vers une nou­ (...)

24Il faut également enrichir la roue de la techno­pole en rajoutant deux acteurs clés : les artistes dans lesquels nous pouvons intégrer les « litté­rateurs12 »(journalistes, romanciers, cinéastes, auteurs de BD, etc.) et les consommateurs.

  • 13  Edouard Mahé, « Les processus d’innovation dans l’art et la R&D comme informations », Séminaire CN (...)
  • 14  Edmond Couchot, Norbert Hillaire, L’art numéri­que, comment la technologie vient au monde de l’art(...)
  • 15  Pierre Musso, Eric Seulliet et Laurent Pontou, Fabriquer le futur 2, L’imaginaire au service de l’ (...)

25L’importance des relations entre art et innovation, que l’on peut illustrer à travers l’exemple histo­rique du Bauhaus, fondé en 1919 à Weimar par l’architecte Walter Gropius et fermé en 1933 par les nazis. Edouard Mahé13 distingue deux formes principales de collaboration à savoir : la création de centres d’arts et de recherche tel l’Ircam, l’Ars Electronica Center ou les centres de R&D d’entreprise développant en interne des collabo­rations avec des artistes à des fins d’innovations technologiques ou de services (France Telecom R&D, Xerox Parc, Nokia, etc.). Il faut par ailleurs noter que le monde de l’art peut emprunter aux technologies, comme l’art numérique14. Les artis­tes, par leur imaginaire, vont s’inscrire en rupture ou vont détourner les usages et représentations existantes pour proposer de nouvelles visions actuelles et futures. Les consommateurs et leur imaginaire sont influencés par leur environne­ment, leurs groupes de références, leurs usages et leurs expériences avec les nouvelles technologies induisant des comportements technophiles ou technophobes. À ce niveau, Pierre Musso, Eric Seulliet et Laurent Pontou15 présentent une car­tographie des imaginaires des consommateurs en tenant compte de deux axes : un axe qui intègre la taille du groupe social partageant un imaginaire, et qui part de l’individu à l’humanité dans son ensemble (axe universalité), un deuxième axe qui prend en compte la persistance d’un imagi­naire dans la durée, depuis le fugace jusqu’aux mythes intemporels (axe temporalité). Ces deux nouveaux groupes d’acteurs permettent de mieux appréhender le nouveau profil d’une technopole centrée sur une véritable innovation créative et qui doit sur un territoire rassembler tous les concepteurs d’imaginaire.

L’importance de la chaîne de l’innovation

26Les interactions des acteurs de la roue de la technopole induisent la mise en place de processus collaboratifs comme la chaîne de l’innovation qui est plus intégrée, plus structurée et plus concrète que des processus d’innovation de type fordien.

27Cependant cette démarche n’est effective que si toutes le étapes de développement sont respec­tées jusqu’à la réalisation de l’innovation, ce qui implique des financements suffisants pour chaque étape. Il faut donc un véritable partenariat des acteurs de la roue de la technopole « nouvelle version » intégrant artistes et consommateurs.

  • 16  www.grstiftung.ch, février 2007.

28En effet, le manque de moyens financiers cor­respond à ce que l’on appelle « La vallée de la mort » dans laquelle le projet novateur ne peut plus bénéficier des subventions de la recher­che fondamentale car trop avancé alors que le manque d’opérationnalité et de perspectives commerciales empêche l’octroi de financements associés au marché ou à la société du dit projet. Le schéma suivant, tiré du site de R GEBERT RÜF STITFTUNG (Février 2007)16, présente les différentes étapes du transfert de l’innovation ainsi que les étapes du financement à prévoir pour ce processus.

  • 17  www.accenture.com : « Accenture lance la troisième édition de la Chaîne de l’Innovation » , 2009.

29À titre d’exemple, nous pouvons citer le cas du « Technology Lab d’Accenture »17 situé à Sophia-Antipolis, qui, dans la chaîne de l’innovation qu’il propose réunit des entreprises clés dans leur secteur d’activité (Casino, Crédit agricole, Orange, SNCF, etc.), des étudiants issus d’ESC, d’écoles d’ingénieurs et de design (Centrale Paris, HEC, Polytechnique, le Strate Collège Designers, etc.) ainsi que leurs responsables pédagogiques et enfin, des cadres dirigeants et consultants volontaires d’Accenture.

Sophia-Antipolis, modèle de référence en termes de nouveaux processus et dispositifs d’innovation dans le cadre d’une société des savoirs ?

Premiers résultats des entretiens semi-direc­tifs

30Les entretiens semi directifs ont été menés auprès d’une dizaine d’acteurs de la technopole représentatifs du microcosme sophipolitain. Nous avons donc interrogé des décideurs d’entreprises présentes depuis longtemps sur Sophia-Antipolis (Acri, Accelence, Cadence et Synopsis), des responsables d’associations professionnelles, comme Telecom Valley (la plus grosse association professionnelle de la technopole regroupant tous les acteurs du cluster STIC), ou encore Biotech concernant les acteurs du secteur des biotechnologies, ainsi que des structures institutionnelles jouant un rôle de premier plan au niveau de Sophia-Antipolis (Fondation Sophia-Antipolis, Team Côte d’Azur). Nous avons également enquêté auprès des membres de laboratoires de recherche (I3M et le GREDEG) et de structures associatives comme Ambre qui tente de rapprocher et de créer des liens entre les artistes contemporains et les entreprises. Les différents responsables interrogés s’accordent sur les points suivants. Ils considèrent que Sophia-Antipolis est un dispositif d’innovation en tant qu’interface et par son rôle clé de mise en relation de ses divers acteurs. La technopole permet de nourrir la réflexion des entreprises et autres organisations par la pluridisciplinarité des approches et la fertilisation croisée. Elle permet la convergence d’acteurs de secteurs différents (Tourisme, TIC et Santé). À leur avis, la collaboration et les interactions entre ces différentes organisations ont permis la mise en place d’actions (Tourism@, Sophia Jeune Pousse, SAME) et d’outils qui favorisent une innovation de rupture et centrée sur l’imaginaire, comme KMP (Knowledge Management Project), qui est un outil de reconnaissance, de recherche de partenaires dans le cadre de stratégies d’innovation, de communication et de développement industriel.

31Ils estiment que les espaces d’affaires regroupant des acteurs très divers, les associations sophipolitaines et les collectivités publiques (Communauté d’agglomération de Sophia-Antipolis, Syndicat Mixte de Sophia-Antipolis, etc.…) ont un rôle déterminant au plan du dynamisme en termes d’innovation de la technopole. Cette considération est associée à l’émergence de liens entre les associations d’artistes (Ambre International) et les entreprises (Les mécènes d’Azur) dans le cadre de leur démarche d’innovation, ce qui pourrait amener la création d’un laboratoire « R&D et Art ». Les personnes interrogées soulignent l’importance des structures endogènes, qui sont plus pérennes sur des projets novateurs à long terme que des structures exogènes comme les pôles de compétitivité, qui viennent s’agréger et apportent une dynamique, mais dont on ne sait si ils vont perdurer.

32Pour finir, ils mettent en avant une spécificité très forte de Sophia-Antipolis ; les personnes qui y travaillent et y résident sont très attachées à la technopole, à la différence de ce qu’ils ont pu observer dans d’autres sites comme la Silicon Valley. En effet même si cette dernière est la référence dans ce secteur, les actifs n’y sont pas réellement agrégés. Il semblerait qu’il existe un véritable « esprit de Sophia », où comme nous l’a énoncé un interviewé : « si on perd son travail sur Sophia, en général on ne quitte pas le site ; on devient consultant ou créateur d’entreprise ».

Voies d’amélioration dans un contexte d’écono­mie de la connaissance

33Néanmoins, de l’avis des répondants, il existe des éléments à développer au sein de la technopole sur les plans de la création, de la diffusion et du partage des connaissances.

34Tout d’abord, Sophia-Antipolis est un dispositif d’innovation surtout au niveau des STIC et on ne peut la considérer comme un succès global. En effet, la technopole a surtout développé des dynamiques locales dans ce secteur d’activité, avec deux pièces maîtresses qui sont W3C et l’ETSI. C’est au plan de ce secteur que le pari de l’endogène est en train de réussir. Les structures qui coopèrent sont presque toujours les mêmes, ce qui peut entraîner un risque de « sclérose innovatrice ». Parmi ces entreprises, on retrouve quelques grosses structures « historiques » comme Amadeus, qui travaille avec 250 SSII sur le site ainsi que de très nombreuses PME/PMI, entreprises de services et micro entreprises en croissance. La majorité des sites appartenant à des entreprises importantes (Toyota, Schneider, Sky team) ont surtout des relations avec leurs sièges à l’étranger ou en Île de France, plutôt qu’avec des entreprises de la technopole. Dans le contexte d’une société des savoirs, il faut renforcer la mu­tualisation des actions en termes d’innovations. De plus, à la différence d’autres technopoles de dimension mondiale comme la Silicon Valley, mais aussi nationales (Grenoble, Montpellier), il n’y a pas de start up dans certains secteurs clés comme la microélectronique, par exemple. On ne trouve encore trop peu d’incubateurs dignes de ce nom permettant de mettre en place les nouveaux procédés d’innovation décrits précédemment.

  • 18  Karine Orsi, « La côte d’azur gagnante », L’Avenir Côte d’Azur, n° 1803, 2007. La technopole sophi (...)
  • 19  Karine Orsi, « ULISS, les difficultés des PME en lumière », L’Avenir Côte d’Azur, n° 1804, 2007.

35Les associations, à l’instar de Team Côte d’Azur et la Fondation Sophia-Antipolis s’efforcent d’attirer de grosses unités appartenant à des en­treprises « majors » dans leur domaine d’activité, qui ne donnent plus de résultats probants (Google et Yahoo par exemple ne sont pas présents sur le site). Sans doute ces dernières devraient-elles orienter leurs efforts et moyens sur la création endogène (start up, incubateurs, création de plate-formes de services, etc…). À la lecture de leurs discours, nous constatons un paradoxe entre une réalité statistique, qui nous montre qu’un tiers des emplois R&D décidés par les entreprises étrangères en France en 2006 concernent la Côte d’Azur (quasiment tous sur Sophia-Antipolis, soit 605 emplois sur 1789)18 et la nécessité d’ap­profondir les relations de la technopole avec les acteurs institutionnels et ce, notamment au plan européen. Tous insistent également sur le besoin de valoriser les PME, même si un certain nombre d’entre elles sont novatrices et sont en relations étroites avec de grandes entreprises19.

36Il faut aider les PME qui sont forces de proposi­tions, qui ont des projets novateurs mais réalistes et pragmatiques. Il faut également les sensibiliser au niveau de la propriété industrielle, la protec­tion des données et le dépôt de brevets (INPI et CRCI). En effet, seulement un cinquième des PME françaises déposent des brevets.

37À ce propos, lorsque dans ce cadre ont été évo­qués les pôles de compétitivité, les répondants ont estimé que la participation des PME et leurs relations avec les grandes entreprises ont été cor­rectes. Il en est de même pour les universités et les grandes écoles qui ont renforcé leur participation qui était mitigée (formations co-labellisées avec les pôles de compétitivité) à l’origine. Toutefois, d’après les dires des questionnés on trouve très peu d’investisseurs privés. De plus, les organis­mes nationaux de recherche qui se sont, au plan local, bien impliqués sont peu intégrés dans les décisions nationales d’orientations scientifiques et d’allocations de ressources des dits pôles.

38Par rapport à d’autres sites d’innovation comme la Silicon Valley ou Cambridge, sur Sophia-An­tipolis, les liens entre la recherche publique et privée ne fonctionnent que sur des éléments très en amont du marché, sur le long terme hormis quelques secteurs comme la microélectronique grâce à des acteurs publics comme I3S et l’IN­RIA.

39À la lumière des témoignages de ces acteurs représentatifs de la technopole, nous pouvons esquisser des voies d’amélioration au fonctionnement de Sophia-Antipolis qui permettent d’entrevoir un nouveau dispositif d’innovation.

  • 20  Voir à ce propos l’ouvrage collectif produit par la SAEM, Sophia-Antipolis 1969-1989, vingt ans d’ (...)

40Il semble en effet primordial de renforcer les liens entre les structures publiques et les entreprises et de développer une synergie entre les différents acteurs de Sophia-Antipolis. Le seul capital de connaissance de l’entreprise ne suffit pas, il lui faut coopérer avec de multiples acteurs. Cette der­nière a également besoin d’outils et d’un territoire bien structuré pour mener à bien ces projets no­vateurs, pour identifier et compléter ses « missing links », comme la mise en place d’incubateurs et de véritables réseaux de « capital risqueurs », beaucoup plus développés dans les pays anglo-saxons (jusqu’à cent fois plus aux USA et déjà dix fois plus au Royaume-Uni). C’est apparemment cette mise en lien qui reste problématique et qui doit être renforcée sur la technopole sophipo­litaine ou certains acteurs clés considèrent (à l’inverse d’écrits plus complaisants20) que peu de choses ont changé depuis sa création.

41Or, comme l’énonce l’ensemble des observateurs azuréens, on constate une augmentation des porteurs de projet et des « business angels » en mal d’investissement mais il reste à voir si les structures d’accompagnement sont suffisantes. Pour la technopole de Sophia-Antipolis les maillons faibles ont été clairement identifiés : la période de pré-incubation est trop courte ce qui fragilise les projets sortant des incubateurs avec en plus très peu de structures d’hébergement. Les pépinières émergent lentement et il n’y a pas de cohérence globale avec d’après certains répon­dants un manque de volonté et de compétences pour la coordination du processus d’innovation. Il semblerait toutefois que la chaîne de l‘innovation se mette en place par une fédération des princi­pales structures d’innovation autour de projets communs (fin 2009 devrait exister une adresse unique pour les porteurs de projets).

  • 21  Jean Christophe Magnenet, « La chaîne de l’innovation prend forme dans le 06 », Sophianet, 8 Janvi (...)

42Sur ce plan, les personnes interrogées souhai­tent un renforcement et une pérennisation de la dynamique collaborative autour de l’innovation, ré-initiée notamment depuis 2005 par les pôles de compétitivité ainsi qu’une responsabilisation accrue des acteurs de la technopole s’effectuant dans un cadre contractuel, intégrant un suivi des résultats. Dans cette optique , Gérard Giraudin21 , directeur de l’INRIA et président de l’incubateur PACA-EST va initier un consortium bannière intégrant les principaux acteurs de la chaîne de l’innovation afin de créer une marque commune dont la valeur rejaillira sur tous ses membres à l’instar du réseau régional de l’innovation.

  • 22  BCG et CM International, « Synthèse du rapport d’évaluation des pôles de compétitivités », 18 juin (...)

43Il faut également, d’après les répondants et à l’instar d’un objectif de l’étude nationale effec­tuée par le Boston Consulting Group et de CM international au niveau des pôles de compétiti­vité, simplifier l’environnement institutionnel local (implication de l’état et des collectivités locales).22

44Dans le cadre de la construction d’une société des savoirs, les réflexions issues des premiers entretiens semi directifs nous montrent l’importance d’adapter et d’enrichir les modèles explicatifs du développement d’une technopole ou autre pôle d’excellence, afin de pouvoir appréhender les multiples aspects d’une innovation créatrice centrée sur l’imaginaire de tous les acteurs d’une filière mais aussi de leur adjoindre des processus du type chaîne de l’innovation.

Quel dispositif d’innovation et de diffusion des savoirs pour Sophia-Antipolis ?

45Il importe maintenant de présenter ce que pourrait être sur le site de Sophia-Antipolis le nouveau dispositif d’innovation et de diffusion des savoirs qui découle du concept de la roue de la technopole.

  • 23  Jacques Bruyas, « Chaîne de l’innovation, pourquoi le blocage ? », La Tribune Bulletin Côte d’Azur(...)

46Il convient avant tout de souligner la nécessité « paradoxale » du regroupement géographique et de la proximité physique dans une économie de l’immatériel qui tend à éradiquer les distances au niveau des flux informationnels et financiers.23

47En effet, le fait d’intégrer plus en amont les attentes et imaginaires des consommateurs ainsi que le potentiel créatif des artistes ne suffira pas à faire renaître la fertilisation croisée si chère à Pierre Lafitte. Le concept d’Agora en tant que lieu d’échanges entre ingénieurs, homme d’affaires, créatifs et universitaires est insuffisant. Il faut mettre en place d’autres acteurs et structures regroupés dans une chaîne de l’innovation en un même lieu.

  • 24  Pierre Lafitte, « Pierre Lafitte : ses quatre vérités sur Sophia », La Tribune Bulletin Côte d’Azu (...)

48S’il veut être complètement adapté à une société du savoir, le modèle de technopole-campus doit évoluer en permanence, cela nécessite flexibi­lité, réactivité et proximité relationnelle, ce qui ne peut se faire sans une équipe qui s’implique constamment. Dans le même ordre d’idées, il faut une vision concrète de la concurrence ardue que vont se livrer les pôles d’excellence scientifiques et techniques, ce qui d’après Pierre Lafitte24 n’est pas complètement intégré par les principaux ac­teurs économiques et politiques du département. Pour ce dernier les thématiques modernes indis­pensables dans une économie de la connaissance ainsi que les centres de décisions stratégiques des grandes entreprises sont peu présentes dans les Alpes-Maritimes. Par ailleurs, même si sur la technopole existe de grandes expositions et des conférences scientifiques de haut niveau, la facette culturelle n’a pas assez été développée faute d’appuis et de financements locaux. Le fait d’être considéré par le vice-président de la commission européenne Gunther Verheugen comme le véritable grand « cluster » français n’est donc pas suffisant pour Sophia-Antipolis dans un contexte d’économie mondialisée de la connaissance.

  • 25  Michel Bovas, « Arrière-pays Grassois : Chateauneuf tire son joker pépinière », La Tribune Bulleti (...)

49Un dispositif d’innovation compatible avec une société du savoir doit mettre en lien les incubateurs qui formalisent l’idée innovante, les pépinières qui accompagnent l’innovateur dans le cadre de ses premières démarches au plan économique – comme celle qui va être créée par la communauté d’agglomération de Sophia-An­tipolis, livrable fin 2009 et qui préfigure d’autres structures du même type qui fonctionneront en réseau avec un point central au CICA (centre de communication avancé25) – , les locaux industriels en tant qu’espaces de développement attractifs fi­nancièrement et à proximité, les experts académi­ques ou leurs établissements (université, grandes écoles, institut de recherche, etc.), les différents créatifs (artistes, designers, architectes, etc.), les services de valorisation et d’accompagnement technologiques (OSEO, ANVAR, ARIST, INPI, DRIRE, DETT,etc.), les investisseurs ( banques, Business Angels, plates formes d’initiatives locales, etc.), les cabinets de conseil en créa­tion développement (Marqueteurs, conseils en communication, experts comptables, juristes, veilleurs stratégiques, exportateurs, consultants en propriété industrielle, etc.), les organisations professionnelles (Chambres consulaires, clubs d’industriels) et les collectivités territoriales.

50Par ce dispositif nous entrons dans un univers de contact, d’échanges, de services en réseaux s’adossant à des nœuds d’information (Média­thèques de l’innovation, outils de knowledge management du type de KMP développé par Télécom Valley, annuaires des transferts de technologies identifiant la globalité des ressour­ces, lieux de séminaires, de colloque et forums technologiques, etc.).

51Sur le site de Sophia-Antipolis le CICA pourrait par exemple accueillir ce dispositif structurant dont le but est de donner cohérence, lisibilité et efficacité aux processus d’innovation et de­venir le symbole du dynamisme innovationnel (retrouvé ?) de la technopole.

52L’innovation intègre des savoirs polymorphes qui proviennent de la technique, de la sociologie, de la psycho-ergonomie, du design et des arts. Dès la phase conceptuelle, l’innovation est en réseau car elle mobilise toute une organisation et de nombreuses parties prenantes, qui créeront un maillage territorial au travers d’un pôle d’excel­lence ou de compétitivité. Une innovation sera un succès par sa capacité collective à restructurer, à intégrer de façon cohérente les multiples ap­ports. Le nouveau processus d’innovation et de diffusion des savoirs qui s’esquisse, peut paraître moins rationnel et structuré que celui issu des laboratoires traditionnels de recherche, mais il est néanmoins rigoureux et maîtrisé au travers d’une « volonté raisonnée de non conformisme ». Il implique l’adoption de nouvelles mentalités en termes de travail collaboratif, de coopération et de processus d’apprentissage. Au-delà de la seule démarche d’innovation, il s’agit pour les entreprises de faire un choix stratégique centré sur un nouveau modèle économique structuré autour d’alliances et de proximité relationnelle avec les acteurs de son environnement pour lequel le nouveau dispositif d’innovation qui se dessinera sur Sophia-Antipolis pourrait servir de référent dans une société de la connaissance toujours plus fortement mondialisée.

Haut de page

Notes

1  Gaston Bachelard, Psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, Folio, 1985.

2  Elia GF, Bartolomei G, Citta della scienza.Il caso di Sophia-Antipolis, Bulzoni Editore, Roma, 1991.

3  Lucien Sfez, Technique et idéologie, Paris, Seuil, 2002.

4  Everett Rogers, Diffusion of innovations, The Free Press, New York, 1995.

5  Norbert Alter, L’innovation ordinaire, PUF, collection Quadrige, Paris, 2001.

6  Cf. Madeleine Akrich, « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation permanente », Éducation permanente, n° 134, Paris, 1998, et Michel De Certeau, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Gallimard, Folio Essais, Paris, 2004.

7  Jacques Tillinac, « Le Web 2.0 ou l’avènement du client ouvrier », Quaderni, n° 60, Éditions Sapientia, Paris, 2006.

8  Dominique Cardon, « Innovation par l’usage », in Ambrosi, A. Peugeot, V. Pimienta, D. dirs., Enjeux de mots : regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Paris, Édition C&F, 2005.

9  Gérard Calomili, Réussite d’inventeurs, Nice, Éditions Baie des anges, 2007.

10  Raymond W. Smilor, David D. Gibson, George Kozmetsky, « Creating the technopolis: High technol­ogy development in Austin, Texas. », working paper, University of Texas, 19 pages, 1990.

11  Cf. le paradoxe de la compétition-coopération d’Ouchi in William G. Ouchi, the M-Form society: How American teamwork can recapture the competi­tive edge, Edition CA, Addison-Wesley, Melo Park, 1984.

12  Patrice Flichy, L’innovation technique, Récents développements en sciences sociales. Vers une nou­velle théorie de l’Innovation, Edition La Découverte, Paris, 1995.

13  Edouard Mahé, « Les processus d’innovation dans l’art et la R&D comme informations », Séminaire CNRT, Université de Rennes 2, 2004.

14  Edmond Couchot, Norbert Hillaire, L’art numéri­que, comment la technologie vient au monde de l’art, Flammarion, Paris, 2003.

15  Pierre Musso, Eric Seulliet et Laurent Pontou, Fabriquer le futur 2, L’imaginaire au service de l’innovation, seconde édition, Village Mondial, Paris, 2007.

16  www.grstiftung.ch, février 2007.

17  www.accenture.com : « Accenture lance la troisième édition de la Chaîne de l’Innovation » , 2009.

18  Karine Orsi, « La côte d’azur gagnante », L’Avenir Côte d’Azur, n° 1803, 2007. La technopole sophi­politaine représente 75 % des projets de centres de recherche des entreprises étrangères de la région PACA (source : Bilan AFII des investissements étrangers 2006), ce qui s’explique en partie par la présence de sept pôles de compétitivité labellisés, dont le pôle mondial SCS, auxquels sont ajoutées des exonérations fiscales et sociales.

19  Karine Orsi, « ULISS, les difficultés des PME en lumière », L’Avenir Côte d’Azur, n° 1804, 2007.

20  Voir à ce propos l’ouvrage collectif produit par la SAEM, Sophia-Antipolis 1969-1989, vingt ans d’humanisme et de modernité,1989 ou l’ouvrage de Robert Fouich, Sophia-antipolis : de l’idée de 1960 aux miracles de l’an 2000, Éditions l’Etoile du Sud, Valbonne,1997. Robert Fouich aura par la suite des écrits plus critiques comme, Pour une relance de Sophia-Antipolis, Editions l’Etoile du Sud, Valbonne,2002.

21  Jean Christophe Magnenet, « La chaîne de l’innovation prend forme dans le 06 », Sophianet, 8 Janvier 2009, 1 page.

22  BCG et CM International, « Synthèse du rapport d’évaluation des pôles de compétitivités », 18 juin 2008, 13 pages.

23  Jacques Bruyas, « Chaîne de l’innovation, pourquoi le blocage ? », La Tribune Bulletin Côte d’Azur, n° 420, 2008.

24  Pierre Lafitte, « Pierre Lafitte : ses quatre vérités sur Sophia », La Tribune Bulletin Côte d’Azur, n° 475, 2009.

25  Michel Bovas, « Arrière-pays Grassois : Chateauneuf tire son joker pépinière », La Tribune Bulletin Côte d’Azur, n° 476, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://quaderni.revues.org/docannexe/image/532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Debos, « La chaîne de l’innovation : un dispositif communicationnel et organisationnel efficace de diffusion des savoirs au sein d’une technopole, le cas de Sophia-Antipolis », Quaderni, 71 | 2010, 93-105.

Référence électronique

Franck Debos, « La chaîne de l’innovation : un dispositif communicationnel et organisationnel efficace de diffusion des savoirs au sein d’une technopole, le cas de Sophia-Antipolis », Quaderni [En ligne], 71 | Hiver 2009-2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://quaderni.revues.org/532 ; DOI : 10.4000/quaderni.532

Haut de page

Auteur

Franck Debos

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org