Navigation – Plan du site
Dossier

La politique de la danse contemporaine en France : une construction conjointe des pouvoirs publics et des lieux de programmation

The contemporary dance policy: a co-construction by public bodies and distribution channels
Patrick Germain-Thomas
p. 11-28

Résumés

La politique de soutien à la création chorégraphique contemporaine, initiée dans les années 1970 puis poursuivie dans les années 1980 et 1990 avec des moyens financiers considérablement accrus, débouche sur la constitution d’un monde artistique distinct de celui de la danse classique. Cependant, les compagnies ne disposent pas de salles de spectacles et leurs pièces sont principalement programmées dans des théâtres ou festivals eux-mêmes subventionnés, qui leur apportent des ressources en achetant des représentations ou en s’engageant financièrement en amont de la création (coproduction). Dans ce texte, la dénomination de « marché subventionné » désigne ce système d’économie mixte, conjuguant les décisions d’allocations de subventions publiques et le jeu relativement libre du marché intermédiaire de la diffusion, qui se construit progressivement à partir des années 1970. L’analyse du fonctionnement de ce marché subventionné fait apparaître un déséquilibre structurel lié au décalage entre le nombre de spectacles produits chaque année et les débouchés offerts par les réseaux de diffusion. Dans ce contexte, l’élargissement du public constitue un enjeu essentiel pour l’avenir de ce courant artistique en France.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une dissidence artistique parrainée par l’État
L’intérêt du ministère de la Culture pour une danse iconoclaste
Un art qui échappe aux définitions
Les contradictions du marché subventionné de la danse contemporaine
Un monde artistique construit par une volonté politique
Un marché structurellement déséquilibré
L’enjeu essentiel du développement du public
Une approche confuse et controversée de la question des publics
L’urgence d’une reconfiguration du débat esthétique
Conclusion

Aperçu du texte

Dans les années 1970 en France, le milieu pro­fessionnel de la danse est animé par de fortes aspirations au changement. La transmission de techniques corporelles différentes de celles de la danse classique occupe une place croissante dans les activités chorégraphiques, et la danse contemporaine devient une catégorie à part entière de l’intervention publique. Ce nouveau secteur de la politique culturelle comporte une spécificité importante : les compagnies ne disposant géné­ralement pas de salles pour jouer leurs pièces, elles dépendent non seulement des aides directes réparties par les tutelles publiques mais aussi de choix effectués par des directeurs de théâtres ou de festivals, eux-mêmes subventionnés. J’emploie l’appellation de marché subventionné pour désigner ce système d’économie mixte, conjuguant l’allocation de ressources publiques et le jeu relativement libre du marché intermédiaire de la diffusion, qui se construit progressivement à partir des années 1970. Il repose non s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Germain-Thomas, « La politique de la danse contemporaine en France : une construction conjointe des pouvoirs publics et des lieux de programmation », Quaderni, 83 | 2014, 11-28.

Référence électronique

Patrick Germain-Thomas, « La politique de la danse contemporaine en France : une construction conjointe des pouvoirs publics et des lieux de programmation », Quaderni [En ligne], 83 | Hiver 2013-2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://quaderni.revues.org/761 ; DOI : 10.4000/quaderni.761

Haut de page

Auteur

Patrick Germain-Thomas

Docteur en sociologie (EHESS)
Enseignant-chercheur
Novancia (CCIR)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org