Navigation – Plan du site
Dossier

Les représentations des publics dans le monde de la danse contemporaine

Audience representations in the world of contempo­rary dance
Daniel Urrutiaguer
p. 29-40

Résumés

Peu nombreuses, les enquêtes sur les spectateurs de la danse contemporaine sont centrées sur des variables sociodémographiques à l’échelle nationale ou sur le lieu de résidence pour les établissements culturels. Néanmoins, cette faible connaissance des différentes motivations des spectateurs et des praticiens amateurs révèle des oppositions entre les lieux de spectacle et les compagnies dans les représentations des goûts esthé­tiques. L’accès aux marchés-réseaux de production est stratifié selon la réputation corporative des producteurs, qui fait l’objet de spéculations sur la promotion de « nouveaux talents » par les établissements culturels. Le cycle de diffusion moyen des spectacles est court et dépend de la notoriété des chorégraphes. La part de la danse dans la programmation des lieux non spécialisés a reculé, car ces derniers sont tenus à augmenter leurs revenus propres. De plus, les craintes des directions de lieux sur la complexité cognitive des chorégraphies alourdissent leur demande d’action culturelle aux compagnies.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Quelles connaissances sur les publics de la danse ?
Les projections sur les publics dans la programmation de la danse par les établissements culturels
Les aspirations des compagnies chorégra­phiques au développement des publics
L’éducation chorégraphique et l’hétérogénéité de la demande
Conclusion

Aperçu du texte

Longtemps considérée comme un parent pauvre des politiques culturelles, la danse contemporaine a bénéficié d’une reconnaissance institutionnelle par le ministère de la Culture et de la Communi­cation sous les mandats de Jack Lang à la suite du doublement de son budget en 1982. L’enga­gement étatique a été axé vers la constitution de centres chorégraphiques nationaux (CCN), tournés initialement vers un soutien à la création de spectacles et peu en faveur de la diffusion, à la différence des centres dramatiques nationaux (CDN).

Au cours des années 1980 et 1990, la concur­rence s’est intensifiée et a pondéré la logique de service public. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène : la forte croissance démographique des entreprises chorégraphiques, à l’instar des autres genres artistiques, un système de distri­bution des subventions basé sur l’appréciation par des experts professionnels de la valeur esthé­tique des spectacles créés, la concentration de la reconnaissance de la valeur axée...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Urrutiaguer, « Les représentations des publics dans le monde de la danse contemporaine », Quaderni, 83 | 2014, 29-40.

Référence électronique

Daniel Urrutiaguer, « Les représentations des publics dans le monde de la danse contemporaine », Quaderni [En ligne], 83 | Hiver 2013-2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://quaderni.revues.org/762 ; DOI : 10.4000/quaderni.762

Haut de page

Auteur

Daniel Urrutiaguer

Maître de conférences HDR
IRET, Paris 3 Sorbonne Paris Cité

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org