Navigation – Plan du site
Dossier

Les ateliers du spectateur, fabriques du sensible

Audience workshops : trademark of the sensitive
Philippe Guisgand
p. 59-72

Résumés

Si, dans le langage juridique banal, la dévolution désigne la transmission d’un bien d’une personne à une autre, son usage historique précise qu’une entité supérieure, détentrice d’un pouvoir, renonce à ses prérogatives en faveur d’une entité inférieure. Dans le contexte des débats esthétiques, un tel concept est susceptible de modifier le rapport à la parole experte et à la construction commune du sens. Par dévolution seront donc désignées les modalités de partage ou de confrontation des sensations, les mises en relation et des interprétations à l’œuvre dans les ateliers du spectateur que je mène notamment à l’Opéra de Lille et à l’Association pour le développement de la danse contemporaine de Genève depuis 2009. Ces ateliers révèlent une approche sensible du monde, un « partage du sensible » selon Jacques Rancière, c’est-à-dire une recherche esthétique trouvant ses résonances politiques dans le collectif. L’analyse du déroulement d’un ate­lier viendra éclairer mes champs et objets d’étude qui s’articulent autour d’un paradigme principal, à savoir le lien entre un domaine (l’esthétique), une activité (la production de connaissance) et une visée finalisée (l’impact politique du « commun »).

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Un état du monde à infléchir collectivement
Pour une démarche dévolutive
À propos de Mash Up de Maud Liardon (2013)
Conclusion

Aperçu du texte

L’activité régulière de transmission liée à la pro­fession d’enseignant-chercheur pose la question de la place de la vulgarisation des connaissances. D’autant qu’en France, Patrick Germain-Thomas le souligne dans son introduction au présent dossier, les ressources susceptibles d’asseoir une honnête culture chorégraphique pour le plus grand nombre demeurent rares. Ce constat contribue à renforcer l’une de mes convictions : adaptés à un auditoire plus large, les éléments de cette culture dispensée au sein de l’Université peuvent dépasser la petite communauté de mes étudiants. C’est pourquoi à l’instar de la plupart de mes collègues, j’ai travaillé à des contributions ou à des ouvrages destinés initialement aux spécia­listes mais qui, par leur format, leur composition ou leur accessibilité, ont l’ambition d’agrandir ce premier cercle. Progressivement, cette activité s’est déclinée sous la forme d’entretiens dans des journaux spécialisés ou de conférences débordant le cadre confidentiel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guisgand, « Les ateliers du spectateur, fabriques du sensible », Quaderni, 83 | 2014, 59-72.

Référence électronique

Philippe Guisgand, « Les ateliers du spectateur, fabriques du sensible », Quaderni [En ligne], 83 | Hiver 2013-2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://quaderni.revues.org/764 ; DOI : 10.4000/quaderni.764

Haut de page

Auteur

Philippe Guisgand

Danseur
Maître de conférences HDR
Directeur du département Arts,
Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org