Navigation – Plan du site
Dossier

Entretien avec Angelin Preljocaj

Patrick Germain-Thomas
p. 73-82
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du texte

« Tendre un fil qui serait élastique entre les créations et le public »
Angelin Preljocaj

Depuis octobre 2006, Angelin Preljocaj et sa compagnie, créée en décembre 1984, ont investi le Pavillon Noir, à Aix-en-Provence, premier lieu construit pour l’activité d’un centre chorégra­phique national équipé d’une salle de spectacle (378 places). Si les pouvoirs publics ont souhaité donner à Angelin Preljocaj la possibilité d’avoir un lieu où il mène, de concert avec son équipe, un processus de création en intégralité, du tra­vail effectué en studio à la représentation sur scène, c’est qu’il a toujours affiché un parti pris envers le public. Cela s’est concrétisé en 1998 par la création du Groupe Urbain d’Intervention Dansée (G.U.I.D.), qui propose la danse dans l’espace public, là où on ne l’attend pas, des gares aux places de marché en passant par les cours d’écoles. Pour conclure ce dossier sur les publics de la danse contemporaine, il nous a paru évident de lui donner la parole.

Comment qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Germain-Thomas, « Entretien avec Angelin Preljocaj », Quaderni, 83 | 2014, 73-82.

Référence électronique

Patrick Germain-Thomas, « Entretien avec Angelin Preljocaj », Quaderni [En ligne], 83 | Hiver 2013-2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://quaderni.revues.org/767 ; DOI : 10.4000/quaderni.767

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org