Navigation – Plan du site
Dossier

Communiste, social révolutionnaire, antisémite ?

D’un usage détourné de la radicalité ouvrière par les mouvements terroristes d’extrême gauche allemands
Martin Jander
p. 27-39

Résumés

Au cours des années soixante-dix, plusieurs groupes terroristes d’extrême-gauche voient le jour en Alle­magne. Par leurs actions et leurs communiqués, les fondateurs de ces groupes tentent de se placer dans le sillage de la tradition de la radicalité ouvrière profondé­ment ancrée dans l’histoire allemande depuis le début du vingtième siècle. Malgré leur volonté de mobiliser les ouvriers et de recruter de nouveaux membres dans les sphères laborieuses, ils ne parviennent pas à initier un front de lutte commun. En retournant aux racines idéologiques de cet échec, cet article conteste l’idée communément admise que les groupes terroristes d’extrême-gauche allemands étaient avant tout so­ciaux-révolutionnaires et marxistes. Un retour précis aux premiers déterminants idéologiques de la gauche extra-parlementaire démontre en effet qu’un rattache­ment à la tradition de la radicalité ouvrière a, en réalité, servi à taire les tendances nationalistes, communistes d’État et antisémites que cette même gauche avait héritées du régime Est-allemand des années cinquante.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Dissolution de l’opposition extraparlementaire
Rudi Dutschke
Radicalité ouvrière et opéraïsme
Exemple : Agit 883
Exemple : Wir wollen alles
Exemple : La bataille des maisons
Un communisme national
Antisémitisme et antisionisme
Terreur et idéologie

Aperçu du texte

À la suite de la révolution culturelle de la fin des années soixante, des organisations terroristes voient le jour dans plusieurs sociétés industriali­sées. Les groupements terroristes de gauche de la République fédérale d’Allemagne – la Fraction Armée Rouge (« Rote Armee Fraktion », RAF), le Mouvement du 2 juin (« Bewegung 2. Juni ») et les Cellules Révolutionnaires (« Revolutionäre Zellen », RZ) – sont loin d’être des cas isolés dans ce contexte. Avec les Weathermenaux États-Unis, les Brigades Rougesen Italie, l’Ar­mée Rouge japonaiseet bien d’autres encore, ils démontrent que le terrorisme n’est en rien un phénomène limité aux sociétés sous-développées. Dès l’émergence de ces groupes dans les années soixante-dix, des chercheurs se penchent sur leurs histoires et leurs structures, un intérêt qui se confirme dans les décennies suivantes, et tout particulièrement après les attentats de New York et de Washington en septembre 2001, qui rendent visibles les interconnexions et réseaux d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Jander, « Communiste, social révolutionnaire, antisémite ?  », Quaderni, 84 | 2014, 27-39.

Référence électronique

Martin Jander, « Communiste, social révolutionnaire, antisémite ?  », Quaderni [En ligne], 84 | Printemps 2014, mis en ligne le 05 mai 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://quaderni.revues.org/799 ; DOI : 10.4000/quaderni.799

Haut de page

Auteur

Martin Jander

Maître de conférences
Hamburger Institut für Sozialforschung

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org