Navigation – Plan du site
Dossier

La radicalité politique au bout du travail : du suicide des ouvriers aux suicides en série des employés

Grégory Cormann
p. 73-83

Résumés

En tant qu’il entraîne la fin de tout engagement, le suicide de l’ouvrier apparaît a priori comme l’acte de lutte le plus dépolitisé, tant dans les discours média­tiques que syndicaux. Partant du suicide d’un ouvrier métallurgiste du bassin sidérurgique liégeois, cet article entend passer outre à cette dépolitisation en réinscri­vant d’abord l’engagement fatal du corps de l’ouvrier dans une écriture active de l’histoire – la disparition se fait alors paradoxalement antidote contre l’oubli – ; en envisageant ensuite cet engagement autodestructeur et solitaire du corps comme un geste de reconstruction et de réappropriation d’une identité collective contestée par la violence sociale à laquelle le suicidaire tente d’apporter une ultime réponse.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Engager son propre corps dans la lutte
Le suicide comme reconstitution d’une mémoire politique
Les suicides en série, ou comment des hommes sortent de l’ombre
Le suicide comme critique de la distinction sociale et comme autopsie intellectuelle

Aperçu du texte

Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi, jeune Tunisien diplômé de 26 ans, s’immole par le feu à Sidi Bouzid près du siège des autorités locales après que la police eut contrôlé son échoppe de vendeur ambulant de fruits et légumes. L’événement suscite l’émoi dans la population tunisienne et finit, après une tentative de récu­pération maladroite, par provoquer le départ précipité du président-dictateur Ben Ali. La mort de Mohamed Bouazizi, quelques jours après son immolation, déclenche ainsi la séquence politique du Printemps arabe. Le 12 octobre 2013, Alain Vigneron, brigadier chez Arcelor-Mittal à Liège, se suicide. Travailleur ayant gravi les échelons au sein du laminoir de Chertal, militant syndical très investi, il n’a pas supporté les nouvelles mesures de réductions de l’emploi ordonnées par la multinationale de Lakshmi Mittal. Le suicide d’Alain Vigneron ne suscite aucune révolution ; sa mort ne met pas en fuite le magnat indien de la sidérurgie. Peut-être même l’enrichit-elle, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Cormann, « La radicalité politique au bout du travail : du suicide des ouvriers aux suicides en série des employés  », Quaderni, 84 | 2014, 73-83.

Référence électronique

Grégory Cormann, « La radicalité politique au bout du travail : du suicide des ouvriers aux suicides en série des employés  », Quaderni [En ligne], 84 | Printemps 2014, mis en ligne le 05 mai 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://quaderni.revues.org/803 ; DOI : 10.4000/quaderni.803

Haut de page

Auteur

Grégory Cormann

Chef de travaux
Département de Philosophie Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org