Navigation – Plan du site
Livres en revue

Jon Elster, Arnaud Le Pillouer (dir.), À quoi servent les élections ?

Christophe Bouillaud
p. 103-105
Référence(s) :

Jon Elster, Arnaud Le Pillouer (dir.), À quoi servent les élections ?
PUF, coll. "La vie des idées", Paris, 2013

1Ce court ouvrage entend engager une réflexion collective sur l’état actuel de la démocratie représentative en interrogeant le statut actuel de l’élection. Les auteurs ici rassemblés (Jon Elster, Pasquale Pasquino, Michel Troper, Pierre Brunet,Arnaud Le Pillouer,Yves Sintomer) présentent ainsi en quelques pages les thèmes qui leur tiennent à cœur.Y. Sintomer (« Tirage au sort et démocratie délibérative. Une piste pour renouveler la politique au XXIe siècle ? ») se livre à son plaidoyer désormais bien connu en faveur d’une reconsidération du tirage au sort comme méthode de choix de certains gouvernants dans le cadre d’une plus grande pluralité des méthodes de décision politique. Michel Troper (« Contrôle de constitutionnalité et démocratie ») met en garde contre une trop grande prééminence des cours constitutionnelles sur la volonté po­pulaire qu’on observe dans les régimes contemporains. Pasquale Pasquino au contraire (« Nature et limites du principe de majorité ») se livre à un plaidoyer plus convenu pour l’État de droit comme limitation du pouvoir souverain du peuple. Jon Elster résume lui-même en quelques courtes pages le propos de son dernier ouvrage paru en anglais (« Analyse néo-benthamienne des élections et des assemblées élues ») : selon lui, des institutions ne sont démocratiques que dans la mesure même où elles empêchent les décideurs de prendre trop facilement des décisions irrationnelles. Enfin, Pierre Brunet et Arnaud Le Pillouer (« Le pouvoir de l’élection : réflexions sur l’élection du président de la Ve République ») se livrent à une attaque, des plus classiques, de la présidentialisation de la Ve République via l’élection directe du Président instituée en 1962, renforcée par la mise en œuvre du « quinquennat » depuis 2002. Ils soulignent en effet que ces réformes renforcent la mise sous tutelle du Parlement. La belle affaire, serait-on tenté de dire, comme si tout cela n’était pas déjà écrit depuis plus d’un demi-siècle pour le cas français, et comme si cet abaissement du Parlement ne se retrouvait pas dans la plupart des régimes représentatifs contemporains, quel que que soit d’ailleurs le mode de désignation du dirigeant de l’exécutif.

2Comme le lecteur pourra en juger s’il a la curiosité de parcourir l’ouvrage, autant de thèses respectables en elles-mêmes, mais dont la nouveauté ne saute pas aux yeux. C’est même plutôt l’obsolescence – osons le mot ! – de la réflexion ici proposée qui frappera le lecteur informé. En effet, comment peut-on publier en 2013 un livre sur un tel sujet (à quoi servent les élections ?) en faisant mine d’ignorer le contexte global et régional dans lequel s’ins­crivent désormais toutes les démocraties représentatives contemporaines ?

3D’une part, nul ne devrait plus ignorer le poids des institutions, acteurs privés et publics, idéologies, qui définissent ce qu’on peut appeler pour faire court la (mal-)gouvernance de la planète. Ces auteurs qui s’inscrivent pour beaucoup dans une tradition philosophique n’ont d’ailleurs guère d’excuse à faire valoir de ce point de vue : ces problèmes de l’Humanité toute entière n’ont-ils pas commencé d’être posés par Emmanuel Kant à la fin du XVIIIe siècle ? D’autre part, s’agissant d’un livre s’adressant au lecteur français et destiné à l’aider à réfléchir sur la « démocratie française » de 2013, on ne peut qu’être étonné de ne voir aucunement évoqué dans ces quelques pages le destin européen du pays. Mêmes les pages consacrés à la désacralisation de l’élection du Président au suffrage universel omettent de considérer ce fait crucial : en effet, à quoi sert-il d’incarner la souveraineté française dans un homme directement élu par la Nation toute entière à un moment historique où tout prouve, y compris à l’homme de la rue le plus médiocrement informé, que cette souveraineté se trouve désormais partagée avec vingt-sept autres nations ? Ne faudrait-il pas alors dans ce contexte contemporain se demander s’il ne serait pas alors souhaitable que la France homogénéise ses institutions politiques à celles de ses partenaires en optant pour un régime primo-ministériel, soit un Kanzler ou un Prime Minister à la française ? Si l’on veut revaloriser le Parlement français, c’est peut-être moins en supprimant l’élection directe du Président, qu’en donnant au Parlement un réel pouvoir de veto sur les choix européens de la France qu’on atteindra le but recherché. Plus généralement, avant même de se poser la question de l’utilité des élections, ici d’évidence organisées dans un cadre national ou local, ne faudrait-il pas se demander en quoi ces cadres nationaux ou locaux restent pertinents ? En quoi ne sont-ils pas devenus des fictions inopérantes ? Cette question à la fois descriptive et normative semble échapper aux auteurs, qui raisonnent pour paraphraser les économistes en équilibre partiel alors qu’il faudrait désormais penser en équilibre général. Au total, ce petit livre collectif, publié dans une collection prestigieuse (« La vie des idées »), apportera surtout un témoignage de la cécité – volontaire ? – de certains auteurs face aux problèmes posés à notre démocratie par la globalisation et par l’existence de l’Union européenne, cécité qui mériterait en elle-même une étude approfondie de ses causes qu’il ne saurait être question ici d’aborder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Bouillaud, « Jon Elster, Arnaud Le Pillouer (dir.), À quoi servent les élections ? », Quaderni, 84 | 2014, 103-105.

Référence électronique

Christophe Bouillaud, « Jon Elster, Arnaud Le Pillouer (dir.), À quoi servent les élections ? », Quaderni [En ligne], 84 | Printemps 2014, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://quaderni.revues.org/811

Haut de page

Auteur

Christophe Bouillaud

Sciences Po Grenoble PACTE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org