Navigation – Plan du site
Dossier

Un défi à la loi ? Les controverses autour de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard

Challenging laws and social norms ? The controversy over Jean-Luc Godard’s Pierrot le fou (1965)
Boris Gobille
p. 9-21

Résumés

À sa sortie en 1965, Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard, est interdit aux moins de 18 ans pour « anarchie morale et intellectuelle » et suscite une controverse, dont les termes sont analysés ici à partir de la presse spécialisée et généraliste et des courriers des lecteurs de la revue populaire Cinémonde. À travers une esthétique de l’instant et la figure de la cavale délinquante et amoureuse incarnée par Ferdinand et Marianne, le film paraît opposer deux formes de vie : l’une, correspon­dant au stade éthique de la vie, est associée à la légalité, à la responsabilité, aux engagements et aux attachements sociaux (métier, sociabilité, vie maritale et familiale) ; l’autre, correspondant au stade esthétique, a trait à l’illégalité, la disponi­bilité à l’événement, l’amour fou, le défi à la loi symbolique. Ce propos suscite une controverse éthique, surtout parmi les cinéphiles amateurs : peut-on et doit-on vivre ainsi en dehors, sinon contre, les normes sociales ? Il suscite égale­ment une controverse politique, surtout parmi les critiques professionnels. Certains défendent la manière godardienne de faire de la politique par les moyens propres du cinéma – une forme d’engagement –, quand d’autres dénoncent sa désinvolture et son irresponsabilité d’esthète porté à traiter de façon détachée de ce qui est grave – une forme de dégagement. La réception de Pierrot le fou dessine ainsi une affaire publique qui donne à voir comment se problématisent et dans une certaine mesure se recomposent non seulement le rapport aux normes, mais aussi les relations entre esthétique, éthique et politique à la veille de Mai 68.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le hors-la-loi godardien
Controverses éthiques
Controverses politiques

Aperçu du texte

On présente souvent Jean-Luc Godard comme un peintre ou un sociologue de son temps. L’asser­tion est délicate : sauf à renouer avec la vieille théorie du reflet et à ignorer les réflexions sur les conditions d’usage des œuvres artistiques comme documents pour l’histoire, on ne saurait s’emparer d’une œuvre pour « lire » comme en transparence la société qui l’a vu naître. Face à cette difficulté, on peut recourir à une étude de réception, en opérant préalablement un détour par Stanley Cavell : selon lui l’œuvre cinématographique ouvre, par ses moyens propres, à la connaissance pratique des enjeux moraux et éthiques de la vie ordinaire. Si l’on donne à cette proposition une acception plus sociologique, on est conduit à explorer empiriquement ces en­jeux tels qu’ils transparaissent dans la réception concrète de spectateurs réels. Sans être décou­plée de l’analyse interne, puisque les catégories d’appréciation mobilisées par les spectateurs sont suscitées par le visionnage de l’œuvre, l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Gobille, « Un défi à la loi ? Les controverses autour de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard », Quaderni, 86 | 2015, 9-21.

Référence électronique

Boris Gobille, « Un défi à la loi ? Les controverses autour de Pierrot le fou de Jean-Luc Godard », Quaderni [En ligne], 86 | Hiver 2014-2015, mis en ligne le 05 janvier 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://quaderni.revues.org/859

Haut de page

Auteur

Boris Gobille

ENS de Lyon-Triangle (UMR 5206)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org