Navigation – Plan du site
Dossier

Entre revendication artiste et gramscisme de droite : le cinéma de Clint Eastwood comme apologie du libertarianisme américain

Gwendal Châton
p. 39-54

Résumés

Cet article défend une lecture hétérodoxe du cinéma de Clint Eastwood, conçu comme étant un vecteur aussi discret qu’efficace d’une philosophie politique radicale : le libertarianisme. Cette thèse s’oppose aux deux interprétations dominantes de l’œuvre du réalisateur. D’un côté, la critique mainstream qui trouve dans ses films une promotion et une légitimation habiles des valeurs du néoconservatisme américain. De l’autre, la lecture esthète qui, prolongeant le discours du réalisateur lui-même, met en avant une pure œuvre artistique dénuée de portée politique. Après un retour sur l’itinéraire politique atypique d’Eastwood, on montre que son cinéma est hanté par une interrogation sur la violence et sur le destin de l’Amérique fortement teintée par l’anarchisme individualiste. Son œuvre doit alors être analysée comme une contribution libertaire à la relance du credo américain dans un contexte de désappointement idéologique, auquel elle entend répondre en proposant un horizon mêlant utopies communautaires et individualisme altruiste. 

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un libertarien à Hollywood
Un plaidoyer pour une Amérique déclinante
Entre rébellion anarchiste et résignation démocratique
La communauté libertarienne comme horizon d’utopie

Aperçu du texte

« J’ai construit ma cabane. Lentement, à l’écart, en restant fidèle à mes principes. J’avance à mon rythme, personne ne me gouverne. »

L’œuvre cinématographique de Clint Eastwood est aujourd’hui mondialement consacrée. Depuis le début des années 1990, la critique s’accorde à voir en lui le dernier des cinéastes classiques, l’héritier de John Ford, de Raoul Walsh et de Howard Hawks. Le public, quant à lui, considère qu’il est l’un des grands réalisateurs contempo­rains. Cette célébration désormais quasi unanime, particulièrement notable en France, est pourtant advenue tardivement, après la sortie d’une quin­zaine de films. L’une des raisons permettant de comprendre le « retard » de cette consécration est probablement – c’est notre hypothèse – de nature politique. En effet, Clint Eastwood a été longtemps décrit comme le héraut d’une révolu­tion néoconservatrice : il est resté durablement prisonnier du personnage de L’inspecteur Harry (1971), un film de Don Siegel dénoncé à l’époque com...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwendal Châton, « Entre revendication artiste et gramscisme de droite : le cinéma de Clint Eastwood comme apologie du libertarianisme américain », Quaderni, 86 | 2015, 39-54.

Référence électronique

Gwendal Châton, « Entre revendication artiste et gramscisme de droite : le cinéma de Clint Eastwood comme apologie du libertarianisme américain », Quaderni [En ligne], 86 | Hiver 2014-2015, mis en ligne le 05 janvier 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://quaderni.revues.org/863 ; DOI : 10.4000/quaderni.863

Haut de page

Auteur

Gwendal Châton

Université d’Angers, Centre Jean Bodin

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org