Navigation – Plan du site
Dossier

L’Exercice de l’État : voyage dans le "back-office" de la politique

Charles Bosvieux-Onyekwelu
p. 55-66

Résumés

« Oublions pendant une heure cinquante les questions de droite ou de gauche, et regardons le pouvoir, ses rituels et ses humeurs, la sueur, le sang, la libido », déclare le réalisateur Pierre Schœller au sujet de son film L’Exercice de l’État. Celui-ci peut être analysé par les sciences sociales comme un moyen d’accès au « hors-champ » de la politique, un instrument d’observation sui generis des coulisses des décisions politiques aussi bien que de leur effectivité. L’objet de cet article, qui se fonde à la fois sur une analyse du contenu du film, sur une revue de presse éclai­rant les conditions de réalisation de ce dernier et sur des échanges avec le réalisateur, est ainsi de présenter L’Exercice de l’État comme une enquête dont l’enjeu est d’arriver à filmer la réalité contemporaine du métier politique et sa soumission aux exigences de réactivité immédiate et de communication à tous crins. Sans confondre sciences sociales et fiction, définies comme deux espaces aux règles et aux logiques différenciées, il s’essaie à rapprocher les choix de mise en scène du film avec, entre autres, l’orientation épistémologique défendue par Pierre Bourdieu dans Sur l’État.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Film passé relativement inaperçu à sa sortie en salles – 500 000 entrées, tout de même, et quelques distinctions non négligeables – L’Exer­cice de l’État de Pierre Schœller n’en est pas moins d’un grand intérêt pour qui s’aventure à regarder le cinéma avec un œil de politiste. Plus encore que son sujet, c’est par son choix de mise en scène que cette œuvre semble mettre en pra­tique l’orientation épistémologique défendue par Pierre Bourdieu dans Sur l’État, et qui consiste à saisir la logique étatique au travers d’objets en apparence anodins. C’est en effet un angle de vue assez singulier que propose L’Exercice de l’État, en donnant à voir ce qui se passe au cœur de l’appareil d’État, dans la machinerie du gouvernement. Ce film peut donc être analysé par les sciences sociales comme un moyen d’accès au « hors-champ » de la politique, un instrument d’observation sui generis des coulisses des décisions politiques aussi bien que de leur effectivité.

Si le film de Pierre Schœller développe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Bosvieux-Onyekwelu, « L’Exercice de l’État : voyage dans le "back-office" de la politique », Quaderni, 86 | 2015, 55-66.

Référence électronique

Charles Bosvieux-Onyekwelu, « L’Exercice de l’État : voyage dans le "back-office" de la politique », Quaderni [En ligne], 86 | Hiver 2014-2015, mis en ligne le 05 janvier 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://quaderni.revues.org/865 ; DOI : 10.4000/quaderni.865

Haut de page

Auteur

Charles Bosvieux-Onyekwelu

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CESSP

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org