Navigation – Plan du site
Politique

La distinction public-privé à l’épreuve du débat bioéthique : le cas de la controverse au sujet des embryons in vitro

David Smadja
p. 103-117

Résumés

Dans un contexte de stabilisation du débat bioéthique en France, l’explication consensuelle en science politique consiste à privilégier une lecture agonistique opposant terme à terme conservatisme moral et pro­gressisme scientifique. Par une approche de théorie politique, cet article questionne cette hypothèse en posant la question de savoir dans quelle mesure le débat bioéthique tel qu’il est effectivement mené peut être analysé dans les termes du libéralisme politique privilégiant la distinction public-privé. En prenant appui sur l’observation et l’étude du débat au sujet des embryons in vitro surnuméraires, considéré comme particulièrement heuristique, l’article vise à l’ana-lyser au regard d’une conceptualisation alternative qui privilégie le désaccord, l’ambivalence des positions et l’accommodement.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’apparition d’un intérêt public pour le vivant humain qui éprouve la distinction public-privé
Par-delà « le fait du pluralisme » propre au libéralisme politique : un modèle de coopération centré sur le désaccord
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis une vingtaine d’années, le débat bio-éthique s’est durablement installé dans l’espace public des démocraties occidentales. En effet, à partir de la fin des années 1980, après une période de tâtonnement et d’hésitation, les pays d’Europe – Royaume-Uni et France au premier plan – ont suivi les États-Unis (Merchant, 2005), en inscrivant les questions relatives à la dispo­sition médicale du corps et du vivant humain sur l’agenda politique et législatif. Puis, la décennie 1990 a été ponctuée par deux grandes découvertes scientifiques qui ont contribué à remobiliser les acteurs du débat et à régénérer leurs argumentations en les recentrant vers les questions liées aux recherches médicales : tout d’abord, la naissance de Dolly, premier animal cloné, en 1996, puis la découverte des lignées de cellules souches embryonnaires en 1998. Ces événements d’une portée scientifique, médicale et technologique majeure ont contribué à inten­sifier la politisation du débat bioéthique. Par exemple,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Smadja, « La distinction public-privé à l’épreuve du débat bioéthique : le cas de la controverse au sujet des embryons in vitro », Quaderni, 88 | 2015, 103-117.

Référence électronique

David Smadja, « La distinction public-privé à l’épreuve du débat bioéthique : le cas de la controverse au sujet des embryons in vitro », Quaderni [En ligne], 88 | Automne 2015, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://quaderni.revues.org/934 ; DOI : 10.4000/quaderni.934

Haut de page

Auteur

David Smadja

LIPHA de Paris Est

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org