Navigation – Plan du site
Dossier

Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA

Brigitte Chamak
p. 11-24

Résumés

Le Centre d’Étude des Systèmes et Technologies Avancées (CESTA), dirigé par Yves Stourdzé de 1982 à 1986, fut un véritable organisme de conseil de la présidence de la République mais son histoire est assez peu connue. Ce centre a été conçu comme un observatoire du développement technologique, un support à la décision, un carrefour d’animation et d’information sur les technologies de pointe. Cet article vise à retracer les réalisations de cet organisme d’État qui a été dissous en 1987. D’abord impliqué dans l’animation et le suivi du groupe de travail « Technologie, Croissance, Emploi » (TCE), créé au lendemain du Sommet de Versailles, il élabora le projet de coopération technologique européenne : EUREKA. En réponse à la sollicitation en mars 1985 par le département américain de la Défense à participer à l’Initiative de Défense Stratégique (IDS), ou « guerre des étoiles », lancé en mars 1983 par Ro­nald Reagan, François Mitterrand proposa un projet de coopération européenne orienté vers la recherche civile et les innovations technologiques. Entre mars et juin 1985, Yves Stourdzé et son équipe rédigèrent le livre blanc, La Renaissance technologique de l’Europe, dans le cadre du lancement du programme EUREKA. Dans cet article, je traiterai : 1) de la préhistoire du CESTA et du rôle du Groupe des Dix et de Jacques Attali ; 2) de l’implication d’Yves Stourdzé et du CESTA dans l’animation, et le suivi du groupe de travail TCE et la conception du projet EUREKA ; 3) du rôle du CESTA dans le développement des sciences cognitives en France.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Préhistoire du CESTA
Rôle du CESTA dans l’élaboration d’une politique de coopération technologique européenne
Rôle du CESTA dans le développement des sciences cognitives en France
Fin du CESTA
Vie et mort d’un organisme d’État

Aperçu du texte

Dans les années 1980, le CESTA (Centre d’étude des systèmes et technologies avancées) était un véritable organisme de conseil de la présidence de la République, impliqué dans la mise en œuvre des suites du sommet de Versailles des chefs d’État et de Gouvernement des sept pays indus­trialisés et dans l’élaboration du projet de coopé­ration technologique, Eurêka. De 1983 à 1986, Yves Stourdzé en assura la direction générale. Le rapport de François Mitterrand (« Technologie, emploi et croissance ») présenté au sommet de Versailles le 5 juin 1982 proposait de réaliser « une mobilisation sans précédent du capital vers l’industrie et la recherche » et de construire une nouvelle civilisation. Le président cherchait à lancer un programme concerté de croissance sélective par la technologie, à accorder une prio­rité à l’emploi et aux conditions de travail, et à favoriser l’épanouissement des cultures via les nouveaux outils de communication. Il s’agissait de travailler à un « Nouvel Ordre tec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Chamak, « Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA », Quaderni, 89 | 2016, 11-24.

Référence électronique

Brigitte Chamak, « Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA », Quaderni [En ligne], 89 | Hiver 2015-2016, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 26 avril 2017. URL : http://quaderni.revues.org/952 ; DOI : 10.4000/quaderni.952

Haut de page

Auteur

Brigitte Chamak

Université Paris 5 CERMES3
(Centre de Recherche Médecine, Santé, Santé Mentale, Société)
INSERM U988 - CNRS - EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org