Navigation – Plan du site
Politique

Le Grand Paris qui mange : un projet politique et culturel en émergence ?

Première partie. La transition alimentaire métropolitaine : quels enjeux, quelles formes et quelles invitations citoyennes ?
Dominique Pagès
p. 75-85

Résumés

Les grandes métropoles sont confrontées à la question alimentaire de multiples manières : en termes d’approvisionnement, de sécurité (les crises à répétition) et de souveraineté, mais surtout en termes de gouvernance. Les « métropoles nourricières », dont les promesses se démocratisent et se médiatisent avec une grande inventivité, deviennent un enjeu tant politique, culturel que symbolique. Pourquoi et comment adapter culturellement notre espace, nos systèmes, nos comportements pour qu’ils prennent pleinement en compte la nécessaire transition alimentaire ? Cet article (le premier d’une série) se centre sur le « Grand Paris qui mange », comme échelle pertinente pour déployer des projets et des politiques tant en termes d’agriculture urbaine que d’actions autour des cultures alimentaires, culinaires et gastronomiques renouvelées.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les villes nourricières : enjeux, valeurs et gouvernance
Penser des réponses urbaines à nos crises alimentaires
Les enjeux d’une refondation métropolitaine de nos systèmes alimentaires
La gouvernance des villes en transition alimentaire
Des marques publiques
De nouveaux intermédiaires
Dynamiques citoyennes et communautaires pour un autre modèle
Les lieux de la ville nourricière
Toits végétalisés ‘productifs’
Espaces publics ‘fertiles’
Jardins comestibles ‘à partager’
Potagers marchands et bien commun
Fermes urbaines d’ici et d’ailleurs : entre ordi­naire et spectaculaire
Les fermes urbaines du Grand Paris
Circuits courts et culture lovavore
Transition

Aperçu du texte

Notre alimentation (et plus particulièrement le régime alimentaire des pays occidentaux) contribue de façon significative aux émissions de gaz à effets de serre (notamment à travers la surconsommation de protéines animales et de produits transformés mais aussi à travers le transport). Les prévisions de croissance urbaine à l’horizon 2050 amènent à tirer la sonnette d’alarme sur les questions charnières d’approvi­sionnement, de sécurité mais aussi de souveraineté alimentaires des villes.

Le projet du Grand Paris semble une belle occa­sion pour questionner les mutations environne­mentales, sociales, culturelles et symboliques de nos systèmes alimentaires métropolitains et pour envisager une réponse globale et concertée aux questions de transition alimentaire. Penser en termes politiques « le Grand Paris qui mange », c’est souhaiter que la métropole élabore une diversité croissante de compétences spécifiques pour agir sur l’alimentation qui relève encore principalement des politiques n...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Pagès, « Le Grand Paris qui mange : un projet politique et culturel en émergence ? », Quaderni, 89 | 2016, 75-85.

Référence électronique

Dominique Pagès, « Le Grand Paris qui mange : un projet politique et culturel en émergence ? », Quaderni [En ligne], 89 | Hiver 2015-2016, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 26 avril 2017. URL : http://quaderni.revues.org/960 ; DOI : 10.4000/quaderni.960

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org