Navigation – Plan du site
Politique

Le Grand Paris qui mange : un projet politique culturel en émergence ? [Seconde partie]

La fabrique symbolique, des processus aux écritures
Dominique Pagès
p. 97-111

Résumés

Le ‘Grand Paris qui mange’, ce sont aussi des signes, des symboles, des récits qui participent à rendre perceptible un territoire en transition alimentaire, à rendre tangible la métropolisation agriurbaine, à sensibiliser les habitants et les visiteurs à ce nouveau modèle de ville dite nourricière, comestible, fertile mais aussi à leur donner la parole sur ces transformations métropolitaines... Cet article propose ainsi de penser ensemble les processus d’évènementialisation, de patrimonialisation, de mise en tourisme mais aussi de mise en intrigue qui fondent la fabrique d’une métropole durable et plus spécifiquement agri-urbaine.

Haut de page
Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les processus culturels de développement de « la Métropole qui mange »
L’évènementialisation
La patrimonialisation
La mise en tourisme
Les écritures médiatiques et artistiques du Grand Paris qui mange
Écritures et lectures d’un territoire agri-urbain
Conclusion

Aperçu du texte

« Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux »,
René Char.

Le symbolique repose sur un ensemble de représentations que nous nous faisons du monde et par lesquelles nous le comprenons. Ces représentations, plus stables que les simples signes du quotidien, évoluent, se modifient néanmoins, plus ou moins rapidement selon les époques, témoignant des transformations de nos sociétés et appelant à des interprétations en continu. Le symbolique ouvre donc aux relations entre les symboles qui circulent pour permettre que le collectif (à des échelles multiples) se fonde autour de valeurs potentiellement communes. Le symbolique désigne non seulement les signes symboles mais aussi des rituels, des cérémonies, des pratiques (tels les actes de fonda­tion ou de refondation) qui traduisent, transmettent et actualisent (de manière plus ou moins durable, ‘efficiente’ et acceptée) ces valeurs. La « fabrique » symbolique, quant à elle, désigne un mode d’action : elle constitue un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Pagès, « Le Grand Paris qui mange : un projet politique culturel en émergence ? [Seconde partie] », Quaderni, 90 | 2016, 97-111.

Référence électronique

Dominique Pagès, « Le Grand Paris qui mange : un projet politique culturel en émergence ? [Seconde partie] », Quaderni [En ligne], 90 | Printemps 2016, mis en ligne le 05 mai 2018, consulté le 23 mai 2017. URL : http://quaderni.revues.org/986 ; DOI : 10.4000/quaderni.986

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Maison des sciences de l’homme
  • Revues.org